Best-wine-Instagram-accounts-instagramers-influencers-header

Je découvre Kler-Yann Bouteiller

kleryannbouteillerBio

Avec un nom pareil, Kler-Yann devait être prédestiné à la sommellerie, qu’il a manifestement adoptée avec brio. En plus de dédier son temps à ses élèves de l’école hôtelière de la capitale, il est chroniqueur pour la revue Exquis. Il a une véritable passion et une soif d’apprendre qui ne sera probablement jamais rassasiée, malgré toutes ses connaissances et distinctions. Quelque chose que je peux facilement comprendre.

À travers toute la panoplie d’information et d’articles qui s’écrivent sur le vin, il y a de ces textes qui se démarquent et touche. C’est le cas de certains articles de Kler-Yann Bouteiller. Lettre à un jeune (ou moins jeune) sommelier m’a franchement fais remettre en question ma capacité à écrire moi-même

Son plus récent  Billet « je fais ce que je veux, c’est mon blogue » – Hommage à ma blonde me fit remettre en question la carrière qui m’attend, étant à la fois celle qui part et celle qui reste,  mais étrangement, il m’a aussi remplie de motivation.

Kler-Yann Bouteiller doit être lu, doit continuer à écrire, si ce n’est que pour mon plaisir personnel. Je suis convaincu que plusieurs étudiants et futurs sommeliers lui sont reconnaissants, tous à leur façon. Pour ma part, je n’ai pas été sous sa tutelle, mais j’ai passé l’introduction du Court of Master Sommelier au même moment, c’est quelque chose.

 

Quand avez-vous réalisé que le vin vous passionnait?

C’est en fait plus la passion d’un métier que le vin en tant que tel qui m’a frappé en premier. À l’âge de 6 ans, j’ai rencontré un boucher qui aimait tellement ce qu’il faisait que j’ai alors décidé de devenir boucher. Avec le temps, l’intérêt a bougé un peu. À 15 ans je rentrais en école hôtelière pour une période de 5 ans. Chaque semaine je participais à un club de dégustation… la piqûre, je l’ai eu à ce moment-là, j’avais juste 15 ans. Mon premier voyage à l’âge de 17 ans: le Jura… peut être un signe 😉

Quel est votre événement viticole préféré?

La vente des vins des hospices de Beaune, surtout les repas. Pendant ma formation en école hôtelière, j’ai participé à trois reprises à cet évènement. J’en garde de merveilleux souvenirs.

 

Quels sont vos projets pour l’année à venir?

Continuer à enseigner

Continuer à apprendre

Poursuivre mon cheminement dans le programme Master sommelier

Un projet de publication est aussi en route, à suivre…

Exercer ma passion, dans l’équilibre – j’ai une belle petite famille qui me rend bien heureux.

 

Quelle est la bouteille la plus remarquable que vous avez eu la chance de goûter?

J’ai pleuré une fois pour un vin – Clos des Lambrays 2006, domaine des Lambrays – pas tant pour le vin mais plus pour le moment et le souvenir personnel qui m’est revenu en remontant les escaliers de la cave.

Quelle destination oenotouristique est la plus intéressante à votre avis?

La Moselle allemande est somptueuse à visiter au printemps ou à l’été

L’Autriche également

 

kleryannbouteiller.com/

Best-wine-Instagram-accounts-instagramers-influencers-header

Je découvre Élyse Lambert

CT_10104 web                                                                                                                                                                     Crédit photo: Christian Tremblay

Bio

Ce fut pour moi un immense plaisir que de suivre Élyse Lambert lors du 15ème Concours du Meilleur Sommelier du Monde, en Argentine. Elle a décroché l’impressionnant titre de 5e meilleur sommelier du monde. J’ai bien l’impression que sa performance a grandement encouragé la popularité et l’image de la sommellerie au Québec.

Élyse Lambert a commencé sa formation à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) et à l’École Hôtelière des Laurentides pour ensuite servir aux plus grandes tables de Montréal comme l’Auberge Hatley, le restaurant XO de l’Hôtel Le St-James, Le restaurant le Local dans le Vieux Montréal et la Maison Boulud au Ritz Carlton. En plus, Madame Lambert détient le prestigieux sigle MS évoquant l’accomplissement du Court of master Sommelier. Elle est la 4e Canadienne et la première Québécoise à devenir Master Sommelier.

Aujourd’hui, elle nous fait profiter de ses chroniques autant pour le magazine Exquis qu’avec la parution des Méchants raisins et s’occupe aussi des prochains candidats au Court of master sommeliers.

P.S. On peut l’apercevoir durant l’annonce des résultats dans la série américaine Uncorked.

 

Quand avez-vous réalisé que le vin vous passionnait?

Dès mon premier cours de sommellerie en 1997, je suis tombée comme Obélix dans la potion magique.

 

Quel est votre événement viticole préféré?

La Paulée

 

Quels sont vos projets pour l’année à venir?

Plusieurs voyages un peu partout dans le monde me garderont bien occupée. L’enseignement avec le Court of Master Sommelier.

 

Quelle est la bouteille la plus remarquable que vous avez eu la chance de goûter?

Difficile de n’en donner qu’une. Pauillac, Mouton Rothschild 1947 a été un grand moment d’émotion.

 

Quelle destination oenotouristique est la plus intéressante à votre avis?

Il y a en a plusieurs. Si vous commencez à découvrir le vin, Napa Valley est vraiment très sympa. Pour les plus expérimentés, la Toscane vaut le détour.

 

elyselambert.com

http://journaldemontreal.com/blogues/mechantsraisins

Best-wine-Instagram-accounts-instagramers-influencers-header

Je découvre Richard Sagala

 

richardagalaBio

La réputation de Richard Sagala n’est plus à faire. Plusieurs le connaissent sûrement déjà pour l’éducation qu’il confère à l’industrie et à la relève, mais il ne faut pas oublier son remarquable cheminement. Monsieur Sagala a commencé à étudier le vin il y a plus de vingt ans, et a cumulé les diplômes en provenance de cinq différents pays. Il fut le premier Majordome certifié du Québec et le premier canadien à recevoir le certificat officiel de chauffeur Bentley/ Rolls-Royce.

Aujourd’hui, il accumule les postes et les titres :

Président de l’Association des Sommeliers Accrédités du Canada (ASAC), Bordeaux Wine MBA, ambassadeur et juge pour les vins italiens de VIA (Vinitaly International Academy), chercheur et conférencier pour la Kedge Business School (Bordeaux) et UBC (l’Université de la Colombie Britannique), Richard Sagala est propriétaire de l’AIMM (l’Académie Internationale de Majordome de Montréal) et de l’ÉIVV (l’École In Vino Veritas); l’ÉIVV présente depuis 2012 ses travaux dans les cercles académiques suivants: l’AAWE (American Association of Wine Economists), l’AWBR (Academy of Wine Business Research) et l’EuAWE (European Association of Wine Economists)… Et ce n’est que sa signature de courriel.

 

Quand avez-vous réalisé que le vin vous passionnait?

J’ai habité cinq ans en France entre les années 1984 et 2000 soit deux années passées à Paris et trois années à Lyon. Le contact avec le vin et la gastronomie française m’a fasciné, notamment le travail d’Alain Senderens le chef du Lucas Carton qui s’est passionné pour les accords mets et vins et a fait le choix de se laisser inspirer par le vin et de régler son travail de chef sur une démarche exigeante visant à le mettre en valeur et mieux harmoniser les plats (il est l’auteur d’un livre de cuisine de référence à ce sujet) . Mais ce qui fut le véritable déclencheur, ce qui m’a motivé à m’investir dans l’étude du vin fut ma formation de majordome dans les Pays-Bas en 2001. Dans ce contexte, nous avons reçu une formation brève de deux jours par Jacques Roos, un hollandais passionné qui m’a vraiment impressionné. C’est aussi cette personne qui m’a appris à sabrer le champagne dans les règles de l’art…

 

Quel est votre événement viticole préféré?

À l’étranger, comme ambassadeur pour le vin Italien de Vinitaly, je vous répondrai: Vinitaly, c’est énorme et l’atmosphère est superbe; le salon est ouvert aux professionnels et aux amateurs et les deux se côtoient ensemble. Ici au Québec c’est : Montréal Passion Vin, quelle superbe opportunité de déguster des grands crus en présence des producteurs!

 

Quels sont vos projets pour l’année à venir?

Accueillir et former la première cohorte de majordome à l’Académie Internationale de Majordome de Montréal que je viens tout juste de créer (ma contribution au 375ème anniversaire!). C’est une première au Québec et en plus de former les majordomes aux plus hauts standards de la profession, les étudiants de l’académie recevront une formation poussée sur les grands crus, la gestion de cave et la valorisation d’un cellier d’investissement. Nous sommes les seuls au monde à offrir un programme de majordome avec un tel cursus vin. Le programme de l’Académie Internationale de Majordome sera enrichi par les cours WSET de mon école de sommellerie: l’École in Vino Veritas que vous connaissez bien…

 

Quelle est la bouteille la plus remarquable que vous avez eu la chance de goûter?

Sans trop y réfléchir, je pense à une série de Cheval Blanc 1995 que j’ai servi il y quelques années… mais une Côte Rôtie  “La Turque” 1999, servie à Montréal Passion Vin nous avait tous soufflé. Il ne faut pas que j’y pense trop car ça se bouscule dans mon esprit 😉  et vous aller avoir une liste … allez, j’ajoute un champagne: Clos des Goisses 1990.

 

Quelle destination oenotouristique est la plus intéressante à votre avis?

Difficile d’y répondre encore un fois avec une seule destination.

Mais il faut rendre à César…j’ai étudié à Bordeaux de 2010 à 2012 et c’est une destination incontournable. Ceci dit, l’Italie a tellement à offrir: Barolo! dans le Piémont pour les vins et les gens et le Trentin Haut-Adige pour les vins, les gens et quels paysages!

http://richardsagala.wordpress.com

http://imba-aimm.com