IMGP1150 (3)

The rise of Rosé – Its popularity in three phases

 

Rosé has been discussed exponentially for a few years. More than a craze, we note downright a community, a lifestyle based around this specific type of wine. There is no doubt it is a category that has had its fair share of ups and downs. Formerly, seen as a wine of very low quality, a by-product and I do not even speak of the sexist trait that could be attributed to it. Rosé has not always been in the spotlight, but overnight, as soon as the first signs of the beautiful season arrive, it is a pinkish wave that invades us. The image and the discourse have changed regarding this summer wine par excellence, but what were the causes and the consequences of this change of soul?

Phase 1: Rosé as a by-product

We must not forget that the wines from antiquity were rather clear. Already in the sixteenth and seventeenth centuries, there are references to clear wines (Vinum Clarum) including in Provence. At the same time, we could also mention the Bordeaux clarets, vins paillets, vins de mère-goutte (vin de goutte), or even vins gris de perle (South of France). It was Dr. Jules Guyoy who, in 1860, at the request of Napoleon III, established a basic definition of rosé wines based on a short vatting time. Late nineteenth century, Pasteur speaks in his study, of a wine “Tavel way”. That gave this region the right to claim the title of “First Rosé de France“. It is now Provence that has become the center of this style, as the first region of production. The trend has obviously turned to more consistent wines and rosé has been forgotten for a few decades. In France, it could still be found, but only as a residue of production or maceration errors. If a winery produced a rosé, it was more likely that it was an afterthought, something to complete the range. Once the juice for red wine was squeezed and produced, the remains were mainly drunk by people along the Mediterranean as a light drink during the hot months. Consumption was only local, with little interest and certainly no qualitative appeal. The image of the rosés in this first phase was instead built on the only available pink bottles – candy wines, too sweet to be taken seriously. A particularly mild Portuguese rosé was a hit in the 70s and Blush Wines or American White Zinfandels in the 90s followed with always a peak of sugar. This category is changing now and more and more vineyards are persuaded to invest in the production of high-end rosé wines, with prices up to par.

Phase 2: The serious rosé

There is change now and more vineyards are persuaded to invest in the manufacture of high-end rosé wines, with prices up to par. During the 1990s, the producers of Provence, where most of the rosés come from, but also from elsewhere, began to take seriously the manufacture of rosé that would be good and that would sell. They started to designate vineyards to grow grapes specifically for rosé. Although there is a great diversity, the trend is towards rather dry wines, paler and more refined than ever. In addition to the clarification, we note diversity in terms of grape varieties, although without mention on the label in 80% of cases, and provenance. Production does not come only from traditional countries like France, but also from Spain, Italy, Greece, New Zealand, South Africa, etc. Producers want to free these wines of their reputation as “thirsty wines”, “easy to drink” or “girls’ wines”. The current upward trajectory of the popularity of rosé wine is directly related to the increase in quality and drastic style change. Rosé wines have good acidity, regardless of grape variety, and blend well with white meat and sweet and savory foods. They do not really have tannins, but rather an undisputed freshness, which makes them versatile. These are not hard-hitting wines, but definitely thirst-quenching.

Obviously, in the face of increasing world demand, production is strongly stimulated. In 2014, rosé accounted for 10% of still wine sales in the world, a figure that is steadily rising. (OIV) This renewed interest in high-end rosé has definitely attracted more vintners to invest in this category. Ultra-Premium Rosés are a recent phenomenon in Côtes de Provence. Since 2006, Château d’Esclans with their Cuvée Garrus has shown the way to others by pushing the limits, at least in terms of price. A certain lifestyle has associated with rosé. It’s pink, it’s fresh, it’s everywhere! It’s a synonym for summer, an excellent replacement for beer and extremely popular. There is even an international day of rosé every fourth Friday of June, an initiative of the International Organization of Rosé in Provence. Events accumulate such as the huge pink picnic (Pinknic) that takes place every year in New York. Another sign of this rise in popularity is the volume of research concerning it on Google trends marked by a meteoric rise for the last 5 years.

Phase 3: The obsession with a lifestyle #yeswayrosé #roséallday

If attention to quality and special cuvées are successful in restoring rosé to its nobility, it is not these rare wines that touch the $ 100 mark that represent the majority of sales. The increase in consumption is rather driven by millennials. The visual aspect of Rosé with soft colors lends itself perfectly to the game of social networks. It is an obsession with instagram and there is a community, a niche specifically dedicated to rosé. However, it’s not just the thirsty young people in their twenties who created this movement, but rather a combination. Rosé is appreciated as much in the wine community, by the professionals, the amateurs of wines; than in the digital community as a lifestyle and not consumer products. The projected image is rather festive and carefree. Whatever the quality of what you drink, dry or slightly sweet, still or sparkling, the glass or down to the bottle, the important thing is to be seen with rosé!

Yet, wouldn’t this be a step back? All this work to raise the category to a higher level to fall back to something simple and casual. The market and sales continue to grow worldwide. However, it now includes aromatised wine-based drinks, the rise of Moscato, the new terms invented as Frosé or Brosé (Rosé for men). Global and local statistics already show a slowdown in most markets and there will certainly be aftershocks.

In 2009, the Ministry of Agriculture of the European Union had suggested a project to allow the production of rosé from a mixture of red and white wines, as it is only allowed in Champagne for the European zone. This was abandoned quickly. European producers of traditional rosé protested vigorously, insisting that the program would undermine the quality image of rosé. An image that remains fragile for the moment. One can easily notice that there is a gap between the popular approach and the sommellerie, where the approach of the rosé remains accessory. The wine lists do not attach great importance and the teaching about it remains basic and marginal. The new “pink pool” style could succeed in tarnishing the image of rosé, otherwise a certain duality could be established. It remains that for the moment, the place of rosé is still uncertain: at our table, paired with the most delicate dishes or only with the swimming pool paired with flamingos and inflatable unicorns.

 

La montée du Rosé – Sa popularité en trois phases

Le rosé fait parler de lui de façon très exponentielle depuis quelques années. Plus qu’un engouement, on note carrément une communauté, un style de vie basé autour de  ce type précis de vin. Il n’y a aucun doute, c’est une catégorie qui a eu sa juste part de hauts et de bas. Autrefois, vu comme un vin de très basse qualité, un sous-produit et je ne parle même pas du trait sexiste qui pouvait lui être attribué. Le rosé n’a pas toujours été sous les projecteurs, mais du jour au lendemain, dès que les tout premiers signes de la belle saison arrivent, c’est une vague rosâtre qui nous envahit. L’image et le discours ont changé concernant ce vin d’été par excellence, mais qu’elle a été la cause et les conséquences de ce changement d’âme?

Phase 1 : Le rosé comme sous-produit

Il ne faut pas oublier que les vins dès l’antiquité étaient plutôt clairs. Déjà aux XVIe et XVIIe siècles, on retrouve des références aux vins Clairs (Vinum Clarum) notamment en Provence. Au même moment, nous pourrions aussi mentionner les clairets Bordelais, les vins paillets, vins de mère-goutte (vin de goutte), ou même de vins gris de perle (sud de France). C’est le docteur Jules Guyoy qui, en 1860, à la demande de Napoléon III, a établi une définition de base des vins rosés fondée sur un temps de cuvaison court. Fin XIXe siècle, Pasteur parle dans son étude, de vin « façon Tavel ». Ce qui donna à cette appellation le droit de revendiquer le titre de « 1er Rosé de France ». C’est maintenant la Provence qui est devenue le centre de ce style, en tant que première région de production. La tendance a évidemment tourné vers des vins plus consistants et le rosé a été oublié pendant quelques décennies. En France, on pouvait encore en retrouver, mais seulement à titre de restes de production ou d’erreurs de macération. Si une cave produisait un rosé, il était plus probable que ce soit une réflexion après coup, quelque chose pour compléter la gamme. Une fois que le jus destiné au vin rouge était pressé et produit, les restes étaient principalement bus par les gens le long de la Méditerranée comme une boisson légère pendant les mois chauds. La consommation était seulement locale, sans grand intérêt et certainement aucun d’attrait qualitatif. L’image des rosés dans cette première phase s’est plutôt bâtie sur les seules bouteilles roses disponibles – des vins bonbons,  trop sucrés pour être pris au sérieux. Un rosé doux portugais en particulier a fait fureur dans les années 70 et les Blush wines ou white zinfandels Américains dans les années 90 ont suivi avec encore et toujours plus de sucre. Cette catégorie change maintenant et de plus en plus de vignobles sont persuadés d’investir dans la fabrication de vins rosés haut de gamme, avec des prix à la hauteur.

Phase 2 : Le rosé sérieux

Il y a du changement maintenant et de plus en plus de vignobles sont persuadés d’investir dans la fabrication de vins rosés haut de gamme, avec des prix à la hauteur. Au cours des années 1990, les producteurs de Provence, d’où viennent la plupart des rosés, mais aussi d’ailleurs, ont commencé à prendre au sérieux la fabrication d’un rosé qui serait bon et qui se vendrait. Ils ont commencé à désigner des vignobles pour cultiver des raisins spécialement pour faire du rosé. Bien qu’il y ait une grande diversité, la tendance est aux vins plutôt secs, toujours de plus en plus pâles et raffinés que jamais. Outre, l’éclaircissement, on note une diversité au niveau des cépages, bien que sans mention sur l’étiquette dans 80% des cas, et de la provenance. La production ne vient pas seulement des pays traditionnels comme la France, mais aussi l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, etc. Les producteurs veulent les affranchir de leur réputation de « vins de soif », « facile à boire » ou « vins de filles ». La trajectoire ascendante actuelle de la popularité du vin rosé est directement liée à l’augmentation de la qualité et du changement de style drastique. Les rosés ont une belle acidité, peu importe le cépage, et s’harmonisent bien avec la viande blanche et les aliments sucrés et salés. Ils n’ont pas vraiment de tanins, mais plutôt une fraicheur incontestée, ce qui les rend polyvalents. Ce ne sont pas des vins percutants, mais décidément désaltérants.

Évidemment, face à la demande mondiale croissante, la production en est fortement stimulée. En 2014, le rosé représentait 10% des ventes de vins tranquilles au monde, un chiffre continuellement en hausse. (OIV) Ce regain d’intérêt pour le rosé haut de gamme a définitivement attiré plus de vignerons à s’investir dans cette catégorie. Les Rosés Ultra-Premium sont un phénomène récent en Côtes de Provence. Depuis 2006 seulement, Château d’Esclans avec leur Cuvée Garrus a montré le chemin à d’autres en repoussant les limites, du moins au niveau du prix.  Un certain style de vie s’est associé au rosé. C’est rose, c’est frais, c’est partout! C’est un synonyme d’été, un excellent remplacement pour la bière et extrêmement en vogue. Il y a même une journée internationale du rosé tous les quatrièmes vendredis de juin, une initiative de l’Organisation International du Rosé en Provence. Les événements s’accumulent comme par exemple l’immense pique-nique rosé (Pinknic) qui prend place chaque année à New York. Un autre signe de cette montée en popularité est le volume de recherche le concernant sur Google trends marqué d’une ascension fulgurante depuis les 5 dernières années.

Phase 3 : L’obsession d’un style de vie #yeswayrosé #roséallday

Si l’attention à la qualité et les cuvées spéciales on réussit à redonner ses lettres de noblesse au rosé, ce ne sont pas ces vins rares frôlant la barre des 100$ qui représentent la majorité des ventes. L’augmentation de la consommation est plutôt entraînée par les milléniaux. L’aspect visuel du Rosé aux couleurs tendres se prête parfaitement au jeu des réseaux sociaux. C’est carrément une obsession sur instagram et il y a une communauté, une niche spécialement dédiée au rosé. Toutefois, ce ne sont pas seulement les jeunes, dans la vingtaine, assoiffés qui ont créé ce mouvement, mais plutôt une combinaison. Le rosé est apprécié autant dans la communauté viticole, par les professionnels, les amateurs de vins; que dans la communauté numérique en tant que style de vie et non de produits de consommation. L’image projetée est plutôt festive et insouciante. Peu importe la qualité de ce que l’on boit, sec ou sournoisement sucré, tranquille ou pétillant, au verre ou carrément à la bouteille, l’important c’est d’être vu avec du rosé!

Pourtant, ne serait-ce pas un retour en arrière? Tout ce travail pour élever la catégorie à un niveau supérieur pour retomber vers quelque chose de simple et tout-aller. Le marché et les ventes continuent d’augmenter mondialement. Toutefois,  il inclut maintenant les boissons aromatisées à base de vin, la montée du Moscato, les nouveaux termes inventés comme le Frosé ou le Brosé (Rosé pour homme). Les statistiques mondiales et locales montrent déjà un ralentissement au niveau de ce marché, depuis 2016 pour le Québec, et il y aura certainement des contrecoups.                                                                                          

En 2009, le ministère de l’agriculture de l’Union Européenne avait suggérer un projet visant à permettre la production de rosé à partir d’un mélange de vins rouges et blancs, comme il n’est permis qu’en Champagne pour la zone euro. Celui-ci a été abandonné promptement. Les producteurs européens de rosé traditionnel ayant protesté vigoureusement, insistant sur le fait que le programme porterait atteinte à l’image de qualité du rosé. Une image qui reste fragile pour l’instant. On peut facilement remarquer qu’il y a un décalage entre ce vin devenu populaire et la sommellerie, où l’approche du rosé demeure accessoire. Les cartes des vins n’y accordent pas une grande importance et l’enseignement le concernant reste basique et marginal. Le nouveau style « rosé de piscine » pourrait réussir à ternir l’image du rosé, sinon une certaine dualité pourrait s’instaurer. Il reste que pour l’instant, la place du rosé est encore incertaine : à notre table, en accord avec les mets les plus délicats ou seulement à la piscine en accord avec des flamants roses et des licornes gonflables.

IMGP1150 (3)

COTEAUX CHAMPENOIS – Red & Still Champagne, Really?

 

Coteaux champenois AOC is quite an odd appellation. Basically, it’s based on an exception and a need, a production of still red wine from Pinot Noir as well as Meunier destined to add color to gorgeously pink Champagne. The appellation is spread over and permitted on almost the entire region although it remains concentrated in the western part. White and rosé wines are also permitted but truly anecdotal in quantity. As a little-known appellation that has very specific characteristics as well as a direct utility, most of the time, it feels as if the parcels responsible for the production are better known and recognized than the produced wines themselves. Better even, the commune is often put forward on the Label, way before the appellation or the varietal itself. Bouzy, Pinot Noir Grand cru, Aÿ, Sillery, Cumières and Vertus is where you’ll find most of the esteemed Coteaux Champenois parcels.

With the growing popularity of Rosé Champagne, in North America and in Japan, the Coteaux Champenois is put to use more than ever in rosé blends. However, as still wine, these bottles with Agrafe Closure remain enigmatic whatsoever. It’s impossible to quantify the production as statistics are included in those of Champagne Sparklers.  They are considered rare wines for their small production and during shortages of grapes, the entire harvest is devolved to champagne. Some producers tend to hide them, deemed unfit of the great Champagne Image. Others displays them as a uncommon specialty but always with a price common to the Champagne Valorization.

The wines itself have a very specific taste. In term of style, think an in-between pinot Noir and Gamay. Overall quite light in term of structure with a purity of fruits mostly on Raspberries, strawberries, blackberries but always with an almost candied aspect. You may also find some spiciness in some case, especially in Cumières, even going towards a stick of cinnamon. With maturity, they are wines that get easily oxidized and develop quite fast towards very dried raisins, game and nuts. Let’s say it’s not the most exciting of aged wines.

Just to name some, Bollinger might be the most discussed with their Côte aux enfants, a mythical plot in Aÿ that took them 30 years to buy back & create a monopoly; Bérêche & Fils Les Montées Ormes rouge is based in Montagne de Reims; Maison Geoffroy is an ambassador of Cumières, Roederer and Veuve Clicquot have both announced their interest in making respectively their MAreuil-sur-Aÿ and Bouzy rouge available for purchase instead of a best kept secret for special guests at their house.

Quietly, the Coteaux Champenois might become a treasure hunt for specific and curious winelovers.

 

COTEAUX CHAMPENOIS – Le Champagne rouge et tranquille, vraiment?

L’ AOC Coteaux champenois est une appellation assez étrange. Fondamentalement, elle est basé sur une exception et un besoin, une production de vins rouges plats à base de pinot noir et de Meunier, destiné à ajouter de la couleur à un champagne magnifiquement rosé. L’appellation est répartie et autorisée sur presque toute la région, même si elle reste concentrée dans la partie ouest. Les vins blancs et rosés sont également autorisés mais véritablement anecdotiques en quantité. En tant qu’appellation peu connue qui présente des caractéristiques très spécifiques, ainsi qu’une utilité directe, il semble que les parcelles responsables de la production soient plus connus et reconnus que les vins produits eux-mêmes. Mieux encore, la commune est souvent mise en avant sur l’étiquette, bien avant l’appellation ou le cépage lui-même. Bouzy, Grand cru de Pinot Noir, Aÿ, Sillery, Cumières et Vertus sont les endroits où vous trouverez la plupart des parcelles estimées de Coteaux Champenois.

Avec la popularité croissante du champagne rosé, en Amérique du Nord et au Japon, les Coteaux Champenois sont plus que jamais utilisés dans les assemblages de rosés. Cependant, comme vin tranquille, ces bouteilles fermées avec Agrafe restent énigmatiques. Il est impossible de quantifier la production car les statistiques sont incluses dans celles des Champagne pétillants. Ils sont considérés comme des vins rares pour leur petite production et en cas de pénurie de raisins, toute la récolte est dévolue au champagne. Certains producteurs ont tendance à les cacher, jugés impropres à la grande image de la Champagne. D’autres les affichent comme une spécialité peu commune mais toujours à un prix commun à la valorisation du champagne.

Les vins eux-mêmes ont un goût très spécifique. En terme de style, pensez entre pinot noir et gamay. Globalement assez léger en terme de structure avec une pureté de fruits principalement sur les Framboises, les fraises, les mûres mais toujours avec un aspect presque confit. Vous pouvez également trouver un peu de piquant dans certains cas, notamment à Cumières, allant même vers un bâton de cannelle. A maturité, ce sont des vins qui s’oxydent facilement et se développent assez rapidement vers des raisins secs, du gibier et des noix très secs. Disons que ce n’est pas le plus excitant des vins vieillis.

Pour n’en nommer que quelques-uns, Bollinger pourrait être le plus discuté avec leur Côte aux enfants, parcelles mythique d’Aÿ qu’ils ont pris 30 and à racheter pour en créer un monopole; Bérêche & Fils Les Montées Ormes Rouge est basé à Montagne de Reims; La Maison Geoffroy est ambassadrice de Cumières. Roederer et Veuve Clicquot ont tous deux manifesté leur intérêt à ce que respectivement leur Mareuil-sur-Aÿ et Bouzy rouge soient disponibles à la vente et non le secret le mieux gardé de leurs invités.

Tranquillement, les Coteaux Champenois pourraient devenir une chasse aux trésors pour les amateurs de vin spécifiques et curieux.

 

IMGP1150 (3)

The latest vintages of Bollinger

Bollinger is always a treat. Whatever setting or occasion might bring you towards such a great champagne house; it’s always going to be a pleasure. For me, the last tasting was directly at the estate, so I was filled with curiosity, enthusiasm and nostalgy for another chance of a tasting.

Bollinger Special Cuvée

Special Cuvée showcases everything that distinguishes Bollinger. On tasting, I found a slight oxidation on the fruit aspect, but mostly texture and density. The Pinot Noir is quite apparent in the blend yet it’s joined by some ripe citrus fruit and a lovely creamy autolytic. It’s something as savory as fresh Madeleine. The creaminess is overflowing, so much that the acidity and sparkling aspect gets completely integrated in the texture.

Bollinger Rosé

A rosé ever so slightly tannic. Still heavily textured, not as much as the special cuvee, but enough to be recognizable as a Bollinger product. It tastes like bitter orange and smoked salmon with a chive cream.

Bollinger la grande année 2007

With various other houses putting their 2008 on the market, it seems like it’s everything we hear of these times. However, let’s not forget the thrill and quality of 2007 either. La grande Année 2007 is nothing short of a Grand Champagne. It’s creamy and fruity with aromas of Mango and strawberries but most definitely a delicate confectionery pastry character. It’s extremely perfumed with a soft velvety finish.

Bollinger La grande Année 2007 Rosé

This champagne has a general complexity which is outstanding, a charm that reside in its blend of red fruits/citrus fruits/ blood orange/ floral side. This gives it a evolved but delicate balance.

RD 2004

I’ll be honest; I’m not the client this type of champagne calls for. The racy and tightness brought by extra brut, little dosage has yet to impress me. It’s a gastronomic delicacy that misses the pleasure to drink that I expect from champagne. I’ll admit R.D. 2004 is especially precise and mature with a mineral backbone. It’s bold, brilliant and the round texture does help to contrast the low dosage.

 

Bollinger est toujours un régal. Quel que soit le cadre ou l’occasion qui vous mènera vers une si grande maison de champagne; ça va toujours être un plaisir. Pour moi, la dégustation précédente a eu lieu directement à la propriété, ce qui m’a rempli de curiosité, d’enthousiasme et de nostalgie d’une autre occasion de dégustation.

Bollinger Spécial Cuvée brut

La Spécial Cuvée présente tout ce qui distingue Bollinger. À la dégustation, j’ai trouvé une légère oxydation sur l’aspect fruitier, mais surtout de la texture et densité. Le pinot noir est assez apparent dans le mélange, mais il est accompagné d’agrumes mûrs et d’un bel autolytique crémeux. Aussi savoureux qu’une Madeleine fraiche. Le côté crémeux est débordant, à tel point que l’acidité et l’aspect pétillant sont complètement intégrés à la texture.

Bollinger Rosé

Un rosé légèrement tannique. Encore fortement texturé, pas autant que la cuvée spéciale, mais assez pour être reconnaissable en tant que produit Bollinger. Il a le goût d’une orange amère et de saumon fumé avec une crème à la ciboulette.

Bollinger la grande année 2007

Avec plusieurs autres maisons qui mettent leur 2008 sur le marché, il semble que c’est tout ce que nous entendons de cette époque. Cependant, n’oublions pas le frisson et la qualité de 2007 non plus. La grande Année 2007 n’est rien de moins qu’un Grand Champagne. C’est crémeux et fruité avec des arômes de mangue et de fraise, mais surtout un caractère délicat de pâtisserie, de confiserie. Il est extrêmement parfumé avec une finale douce et veloutée.

Bollinger La grande Année 2007 Rosé

Ce champagne a une complexité générale qui est exceptionnelle, un charme qui réside dans son mélange de fruits rouges / agrumes / orange sanguine / côté floral. Cela lui donne un équilibre évolué mais délicat.

RD 2004

Je serai honnête; Je ne suis pas le client que ce type de champagne appelle. La rudesse et l’étroitesse apportée par un extra brut, peu de dosage doit encore m’impressionner. C’est un délice gastronomique qui manque le plaisir que j’attends du champagne. J’admets que R.D. 2004 est particulièrement précis et mature avec une colonne vertébrale minérale. C’est gras, brillant et la texture ronde aide à contraster le faible dosage.

IMGP1150 (3)

Château de la Gardine

 

Châteauneuf-du-pape has often been admitted to an elitist status. However, as the overall popularity of the southern Rhône evolved with other appellations getting the spotlight, Châteauneuf started to lose consumers to less expensive wines made right next to it, especially when some Châteauneuf proved lacking the expected power and richness. Prestige and tradition is not something that can be forgotten so quickly. Châteauneuf-du-Pape still evokes emotions and opinions. There’s even some producers trying to beat the stereotype by offering some less expansive options.

Château de la Gradine has been part of the Brunel family since Gaston Brunel bought it in 1945. The property of Châteauneuf-du-Pape was then 8 ha and developed considerably since. Today, it covers 54 ha, with an extra 12 ha in Côtes-du-Rhône Villages and 8 ha in Côtes-du-Rhône. Guillaume Brunel, fourth generation with his brother are now taking responsibilities along the rest of their family. Nothing changed much since,starting by the special-shapes bottle created in 1964, even the price at the SAQ has been considerably stable throughout the 40-something years it’s been available here, making it noticeably cheaper than anywhere in the world.

Benjamin Brunel Rasteau, 2016

A Grenache and syrah blend, as supple as it can get with a light feel but a great taste. This Rasteau will beat any record in term of price very soon as it will take part of a Flash Sale with 4$ off making it 15,80$. Watch out for this.

Châteauneuf-du-pape Château de la Gardine 2015

A very shy Châteauneuf that might appear very closed or rather simple on a first impression. Don’t let this disturb you as a few hours of decanting will reveal a soft and perfumed wine that is well pleasing. Definitely still on the soft side for this appellation, but this is why it can be enjoyed already.

 

Châteauneuf-du-Pape a souvent été admis à un statut élitiste. Cependant, à mesure que la popularité du Rhône méridional évoluait et que d’autres appellations avaient la vedette, Châteauneuf commençait à perdre des consommateurs au profit de vins moins chers à proximité, en particulier lorsque certains Châteauneuf prouvent manquer de puissance et de richesse. Le prestige et la tradition ne peuvent pas être oubliés si rapidement. Châteauneuf-du-Pape suscite encore des émotions et des opinions. Certains producteurs essaient même de dépasser le stéréotype en proposant des options moins coûteuses tout en gardant le style spécifique à l’appellation.

Le château de la Gradine fait partie de la famille Brunel depuis son acquisition par Gaston Brunel en 1945. La propriété de Châteauneuf-du-Pape était alors de 8 ha et s’est considérablement développée depuis. Aujourd’hui, il couvre 54 ha, avec 12 ha supplémentaires en Rhône-cillages et 8 ha dans les côtes-du-Rhône. Guillaume Brunel, quatrième génération avec son frère, assume désormais des responsabilités au côté du reste de la famille. Rien n’a beaucoup changé depuis; en commancant par la forme particulière de la bouteille créée en 1964; même le prix à la SAQ a été considérablement stable tout au long de la quarantaine d’années de présence sur le marché, la rendant nettement moins chère que partout ailleurs dans le monde.

Benjamin Brunel Rasteau, 2016

Un mélange de Grenache et de Syrah, aussi souple que possible avec une sensation légère mais un bon goût. Ce Rasteau battra très vite tous les records de prix car il participera à une vente éclair avec 4 $ de réduction, soit 15,80 $. À surveiller.

Châteauneuf-du-Pape Château de la Gardine 2015

Un Châteauneuf très timide qui peut paraître très fermé ou plutôt simple à première vue. Ne laissez pas cela vous déranger car quelques heures de décantation révèlent un vin doux et parfumé qui est bien plaisant. Définitevement pas le plus corsé, mais c’est pourquoi on peut déjà en profiter.

IMGP1150 (3)

Parlons Grands crus – Let’s talk Grands Crus

I had the chance to participate in a very challenging discussion concerning the Grands Crus of the world and what should be the characteristic and definition of a Grand cru within old world and new world, of course it’s the very basis of a rhetorical question. A session animated by two amazing women, Laura Catena and Michelle Bouffard. The ambitious exercise consisted in comparing wines of the famous and much acclaimed Bodega Catena Zappata with Iconic wines from Iconic old world appellations. A sort of new world vs old world, in a comparative way but also in order to get a more comprehensive approach. It goes with the original dream of Catena, to make Argentine wines that can stand with the best of the world. I’ll admit it actually did on this special occasion. So what is a Grand cru? Some definition will include a notion of price / terroir/ specific conditions/ Final Quality. However, in reality, as it may be a combination of all, it’s also more than that. How about consistency of quality throughout the years, or even the generations? What if we talk of a distinctive expression? A special place making a special wine, the very definition of Grand cru might be adaptable in the end.

William Fèvre Chablis Grand cru Le clos 2015 VS Adrianna Vineyard White Stones Chardonnay 2015

White Stones comes from selected vines on a 2.5 ha parcel and refers to the soil made of pale rounded stones. It’s an extreme altitude location of 1500 meters. Beside one and another, two things strike at first during tasting. First, the similarities in terms of freshness, minerality and delicate spiced herbs tinge. Then, I noticed the differentiations in term of textures and the typical acidulated side of Adrianna. Two Grand wines with their own personality, yet an overall resemblance.

Domaine de Montille, Corton-Charlemagne Grand cru 2014 VS Adriana vineyard White Bones Chardonnay 2015

Slightly smaller than Whites stones, White bones is only 2.2 ha. Again, the name refers to the soil filled with unique crumbly calcareous deposit and fossils. The vineyard is situated in a passage where used to be a river that is now dried up. This time the comparison is not one of similarities but more of specific and distinctive style. While we get the Corton-Charlemagne at its fullest in De Montille sampling, Adrianna is showing a completely unique aromatic character. A powerful and dominant aroma of Sage and confit ginger left everyone puzzled and bewildered.

Louis Jadot Clos de Vougeot Grand Cru VS Adrianna Vineyard Fortuna Terrae Malbec 2014

As much as the comparison of Pinot Noir and Malbec may seem disproportionate, there was a very logical explanation behind this choice. Both wines showcased a strong floral component and suddenly they don’t appear so much disparate. Fortuna Terrae Malbec is unique in itself for its soft tannins, delicate first impression with its power in concentration and not in its structure.

 

Marchesi Antinori Solaia 2014 VS Nicolas Catena Zapata 2014

Maybe the most ambitious head to head. Solaia, especially in its 2014 vintage is a wine of great expression and amazing complexity. Yet, face to face with the Cabernet and Malbec blend, they seemed to like each other. I’m not saying one was better than the other, nor that they were similar, just that they were both as pleasant and satisfying. They bring out another question concerning Grand Cru, is blends, especially blends coming from different specific parcels, still considered a Grand cru? Or must it be a single vineyard, single varietal absolutely? Again, mostly rhetoric.

Parlons Grands Crus

J’ai eu l’occasion de participer à une discussion très stimulante sur les grands crus du monde et sur ce qui devrait être la caractéristique et la définition d’un grand cru dans l’ancien et le nouveau monde. Une session animée par deux femmes extraordinaires, Laura Catena et Michelle Bouffard. C’était, bien sûr, fondamentalement une question rhétorique. L’exercice ambitieux a consisté à comparer les vins de la célèbre et très appréciée Bodega Catena Zapata avec des vins emblématiques d’appellations iconiques du vieux monde. Une sorte de nouveau monde par rapport au vieux monde, de manière comparative, mais aussi pour obtenir une approche plus globale. Il va de pair avec le rêve original de Catena, qui consiste à produire des vins argentins capables de résister aux meilleurs vins du monde. Je dois admettre que cela s’est réellement produit lors de cette occasion spéciale. Alors qu’est-ce qu’un grand cru? Une définition inclura une notion de prix / terroir / conditions spécifiques / qualité finale. Cependant, en réalité, il s’agit peut-être d’une combinaison de tous, mais c’est aussi plus que cela. Que diriez-vous de la cohérence de la qualité à travers les années, voire les générations? Et si nous parlions d’une expression distinctive? Un endroit spécial pour faire un vin spécial, la définition même du Grand cru pourrait être considérée adaptable finalement.

William Fèvre Chablis Grand cru Le clos 2015 VS Chardonnay de pierres blanches Adrianna Vineyard 2015

White Stones provient de vignes sélectionnées sur une parcelle de 2,5 ha et fait référence au sol constitué de pierres arrondies et pâles. C’est un endroit d’altitude extrême de 1500 mètres. À côté l’un de l’autre, deux choses frappent au début lors de la dégustation. Premièrement, les similitudes en termes de fraîcheur, de minéralité et de fines herbes épicées se teintent. Ensuite, j’ai remarqué les différences en termes de textures et le côté acidulé typique d’Adrianna. Deux grands vins avec leur propre personnalité, mais une ressemblance générale.

Domaine de Montille, Grand Cru Corton-Charlemagne 2014 VS Vignoble Adrianna White Bones Chardonnay 2015

Légèrement plus petits que White Stones, White bones ne représentent que 2,2 ha. Encore une fois, le nom fait référence au sol rempli de dépôts calcaires friables uniques et de fossiles. Le vignoble est situé dans un passage où se trouvait une rivière à présent asséchée. Cette fois, la comparaison n’est pas faite de similitudes, mais plutôt de style spécifique et distinctif. Tandis que nous obtenons l’échantillonnage Corton-Charlemagne le plus complet dans De Montille, Adrianna montre un caractère aromatique tout à fait unique. Un arôme puissant et dominant de sauge et de gingembre confit a laissé tout le monde perplexe et déconcerté.

Louis Jadot Clos de Vougeot Grand Cru VS Vignoble Adrianna Fortuna Terrae Malbec 2014

Bien que la comparaison du pinot noir et du malbec puisse sembler disproportionnée, ce choix a une explication très logique. Les deux vins présentaient une forte composante florale et soudainement, ils ne paraissent plus aussi disparates. Fortuna Terrae Malbec est unique en soi pour ses tanins souples, sa première impression délicate avec sa puissante concentration  et non pas sa structure.

 

Marchesi Antinori Solaia 2014 VS Nicolas Catena Zapata 2014

Peut-être le plus ambitieux face à face. Solaia, en particulier dans son millésime 2014, est un vin d’une grande expression et d’une complexité incroyable. Pourtant, face à l’Assemblage de Cabernet et de Malbec, ils semblaient s’aggémenter. Je ne dis pas que l’un était meilleur que l’autre, ni qu’ils étaient semblables, mais simplement qu’ils étaient aussi agréables que satisfaisants. Ils soulèvent une autre question concernant le grand cru: les mélanges, en particulier ceux provenant de différentes parcelles spécifiques, sont-ils encore considérés comme un grand cru? Ou doit-il s’agir d’un seul vignoble, d’un seul cépage absolument? Encore une fois, surtout de la rhétorique.