IMGP0620 (2)

Peter Lehmann

Photo: peterlehmannwines.com

Peter Lehmann is a man closely linked with the Barossa history, but the estate history is mostly one of collectivity and mutual help. In 1977, as winemaker at the Saltram winery in Barossa, he had to deal with a serious surplus of grapes. That troublesome vintage was growing into a major problem for the region/growers and this went on into vintage 1978 too. Peter took on the side project to use those grapes left behind and built his own brand called Masterson wines. This was a huge gamble as all the agreement were based on a ‘Pay now, I promess to deliver in two years’ basis. Only handshakes and never contracts. The Futures wine of the portfolio is a hint to this shaky start. At first, the final product were sold as Bulk wines, but as time passed by, the focus really switched to quality wines that represent the Barossan identity and terroir.

Now, the winery which changed its name to by eponymous of their founder is well-established. The rather young winemaking team of five including the passionate and talented Nigel Westblade are now putting their stamp and their style on the newest vintages and release. The character of Barossa wines is well-known, always linked to broad shiraz, yet it may show a great deal of softness and pleasure.

💙The Barossan 2016

The newest release of Peter Lehmann does showcase the winemakers team vision. They wanted to work and have a special care for the tannins and structure of the wine. The goal was to make it smooth and soft which was a success. The wine is as flavoursome as it can get with an integrated structure filled with tannins, yes, but with a silky soft texture.

Futures 2013

Nigel Westblade favourite wine, because it tells a story. The strory of trust and belief that all started peter Pehmann wines. It already shows a good deal of ageing notes, with chocolate, cherries, licorice and tobacco. The intensity is outstanding.

Portraits 2013

Portraits is a mix of vineyards from the 4 corner of the Barossa valley. Some sort of mix of all the region’s potential. It’s characterized by interesting dried flowers aromas and a well-developed bouquet. The phenolic maturity brings a lot of textrure mostly grainy tannins.

Stonewell 2010

Deep brick colored wine that is the flagship of the portfolio. It holds up extremely well with a lovely coffee flavoured bitterness and dried fruit character.

Peter Lehmann est un homme étroitement lié à l’histoire de Barossa, mais l’histoire du domaine est principalement celle de collectivité et d’entraide. En 1977, en tant que vigneron à la cave Saltram de Barossa, il a dû faire face à un sérieux surplus de raisins. Ce millésime gênant devenait un problème majeur pour la région/producteurs et cela a continué jusqu’au millésime 1978. Peter Lehmann a pris le projet parallèle d’utiliser ces raisins laissés pour compte et a construit sa propre marque appelée Masterson wines. Il s’agissait d’un pari énorme car tout l’accord était basé sur une entente verbale de « Payez maintenant, je promets de livrer dans deux ans». Seulement des poignées de main et jamais de contrats. Le vin Futures du portefolio est un clin d’oeil de ce début instable. Au début, le produit final était vendu sous forme de vrac, mais au fil du temps, l’accent a été mis sur les vins de qualité qui représentent l’identité et le terroir de barossa

Maintenant, le domaine qui a changé son nom pour l’éponyme de leur fondateur est bien établi. La jeune équipe de vinification de cinq personnes, dont le passionné et talentueux Nigel Westblade, met maintenant leur marque et leur style sur les derniers millésimes. Le caractère des vins de Barossa est bien connu, toujours lié au Shiraz bien costaud, mais il peut être très doux et agréable.

💙Le Barossan 2016

La nouvelle version de Peter Lehmann présente la vision de l’équipe de vignerons. Ils voulaient travailler et prendre un soin particulier pour les tanins et la structure du vin. Le but était de le rendre lisse et doux, ce qui a été un succès. Le vin est aussi savoureux que possible avec une structure intégrée remplie de tanins, mais avec une texture douce et soyeuse.

Futures 2013

Le vin préféré de Nigel Westblade, car il raconte une histoire. Le principe de confiance et de conviction qui a lancé les vins Peter Pehmann. Il montre déjà beaucoup de notes de vieillissement, avec du chocolat, des cerises, de la réglisse et du tabac. L’intensité est exceptionnelle.

Portraits 2013

Portraits est un mélange de vignobles du coin 4 de la vallée de Barossa. Une sorte de mélange de tout le potentiel de la région. Il se caractérise par d’intéressants arômes de fleurs séchées et un bouquet bien développé. La maturité phénolique apporte beaucoup de textures principalement des tanins granuleux.

💙Stonewell 2010

Vin de couleur brique profonde qui est le produit phare du domaine. Il résiste très bien à une belle amertume aromatisée au café et à un caractère de fruits secs.

IMGP0620 (2)

The hardships of growing grapes in Quebec, and how some producers successfully overcome them.

 

Let’s be honest, winemaking in Québec is not a rational idea. Although it gets its share of consumers on a local market, on an international level, the very existence of wine from Quebec surprises many. Yet, it’s been more than 35 years that a handful of producers overcome every challenge and proves many wrong, all in their own way.

But exactly what are truly the challenges of Growing Grapes in Quebec?

Of course, there’s the famous climate. It gets cold here, very cold, as low as -40°c and for a long time. But this is just part of the problem. Winemakers have options to protect the vines against the cold winter. Where it gets complicated is the variations of temperatures all over the year. Summers can get very hot but always with very high humidity making the grapes prone to diseases. Intense heat or what we call here, heat waves can easily burn the grapes without proper foliage management. These are getting more and more common during the summer peaks. Basically, it’s snow, rain or burning sun. The growing season remains short, and in some years, it’s hard to get decent maturity. Also, for the last few vintages, winters have not been so constant. A good snow cover might help in regulating the temperature. However, if you get numerous freezes and thaw, a high humidity gets to the rootstock and this is when it breaks or get sick.

Then there’s the problem of pest. In some case, the harvest go on until late October, start of November for some. Birds and all kind of animals get in a pre-winter survival mode. They will gulp down anything they can find, especially delicious, juicy grapes. The wineries are always in some rural places, mostly isolated and surrounded by woods or fields. Even with the help of some predators, they would be easily outnumbered.

There’s been a movement to acquire an IGT level for Quebec’s wine. It’s something that’s been promised for a few years now, yet still seems delayed for now. It may be the next step towards uniformity, but it also may be the biggest challenge for the industry. Producers tend to be self-focused, driven mostly by their own taste, acting out of pertinacity, impulse and strong but random drive. While some of them swears that the future relies on Vinifera varieties and nothing else, others believes the very essence of the region is within hardy hybrids. The winemakers are disparate and contradicting.

L’Orpailleur

The project of 2 pioneers in Quebec, Charles-Henri de Coussergues, Hervé Durand, and their partners Pierre Rodrigue and Frank Furtado has grown since its start in 1982. Now, the Orpailleur is one of the biggest and most well-known estate in Quebec. Their product range include both hybrids and vinifera but always and surprisingly in an affordable range. For Charles-Henri, the most important aspect for the industry remains in obtaining IGT status. Since the inauguration of the association « Vin du Québec certifié » in 2008, he noticed a change in consumer standards as they began to look for some kind of credit in their choices of wines. Concerning climate, it’s a constant struggle. At l’Orpailleur, most of the grapes are still being buried in winter, It seems only the Vinifera needs the protection of geo-textile for now.

While their notable labels such as Cuvée Natasquan and their amazing Brut sparkling wines are getting great attention, they’re still dedicated to further development with some new products supposedly coming up. Maybe a 100% Chardonnay, a Gewürztraminer…

Vignoble du Ruisseau

Quite the newcomer in Quebec, Vignoble du Ruisseau is a humongous project with as massive of an investment. You just need a glimpse at the recently open to public (2016) estate to understand how ambitious the project really is. About 8 hectares under vine, Vinifera only, fully controlled by geothermal conducts along the vines, is the basis of their philosophy. Nothing is left to nature for them. This is a first, not just in Quebec but anywhere in the world, to be as controlled yet in a sustainable approach. All the reds are made under greenhouses called ‘grand tunnels’ to get added warmth and maturity.

While most of their wines shows the youth of the vines, their Pinot Noir and chardonnay are already showing great potential. It’s hard to believe this will someday become profitable, especially with the prices being so reasonable, but this is at the consumers’ profit.

Léon Courville

While other vineyards claim they all have a meso-climate of their own, M. Courville goes further in claiming he has the one true Meso-climate in Quebec. With its soil of pebbles and clay, its slight slope, and the Lac Brome moderating aspect, Léon Courville stands out for his uses of St-Pépin, a difficult yet delicate hybrid. It was before completely netted vineyards that he explained to us those characteristics. He was the perfect example of how Quebec winemakers work, with a precise understanding of their very own vineyard, a disconnected feeling and an imprecise vision for the future.

 

Les difficultés de la culture du raisin au Québec et la façon dont certains producteurs les ont surmontés avec succès.

 

Soyons honnêtes, la vinification au Québec n’est pas une idée rationnelle. Bien qu’elle reçoive sa part de consommateurs sur un marché local, au niveau international, l’existence même du vin québécois surprend beaucoup. Pourtant, cela fait plus de 35 ans qu’une poignée de producteurs surmonte tous les défis et prouve au public qu’il a tort de douter, chacun à sa façon.

Mais quels sont vraiment les défis de la culture de la vigne au Québec?

Bien sûr, le climat est célèbre. Il fait froid ici, très froid, aussi bas que -40 ° C et pendant longtemps. Mais ce n’est qu’une partie du problème. Les vignerons ont des options pour protéger les vignes contre le froid hivernal. Les variations de température tout au long de l’année compliquent encore plus. Les étés peuvent devenir très chauds mais toujours avec une humidité très élevée, ce qui rend les raisins plus vulnérables aux maladies. La chaleur intense ou ce que nous appelons ici, les vagues de chaleur peuvent facilement brûler les raisins sans une gestion appropriée du feuillage. Celles-ci deviennent de plus en plus courantes pendant les pics estivaux. En gros, c’est la neige, la pluie ou le soleil brûlant. La saison de croissance reste courte et certaines années, il est difficile d’avoir une maturité décente. De plus, pour les derniers millésimes, les hivers n’ont pas été aussi constants. Une bonne couverture de neige pourrait aider à réguler la température. Cependant, si vous obtenez de nombreux gels et dégel, une forte humidité atteint le porte-greffe et c’est à ce moment qu’il se casse ou tombe malade.

Il y a ensuite le problème de peste. Dans certains cas, les vendanges se poursuivent jusqu’à fin octobre, début novembre pour certains. Les oiseaux et toutes sortes d’animaux sont en mode de survie avant l’hiver. Ils vont ingurgiter tout ce qu’ils peuvent trouver, en particulier les délicieux raisins juteux. Les vignobles se trouvent toujours dans des zones rurales, la plupart du temps isolées et entourées de bois ou de champs. Même avec l’aide de certains prédateurs, ils seraient facilement dépassés en nombre.

Il y a eu un mouvement pour acquérir un niveau d’IGT pour le vin du Québec. C’est quelque chose qui a été promis depuis quelques années maintenant, mais qui semble encore retardé pour le moment. Cela pourrait être la prochaine étape vers l’uniformité, mais cela pourrait aussi représenter le plus grand défi pour l’industrie. Les producteurs ont tendance à être centrés sur eux-mêmes, conduits principalement par leurs propres goûts, en agissant avec endurance mais de façon impulsive et dynamique, mais avec une énergie aléatoire. Tandis que certains d’entre eux jurent que l’avenir repose sur les variétés de Vinifera et sur rien d’autre, d’autres pensent que l’essence même de la région se trouve dans les hybrides robustes. Les vignerons sont disparates et contradictoires.

L’Orpailleur

Le projet de 2 pionniers au Québec, Charles-Henri de Coussergues, Hervé Durand et leurs partenaires Pierre Rodrigue et Frank Furtado a pris de l’ampleur depuis ses débuts en 1982. L’Orpailleur est aujourd’hui l’un des plus grands et des plus connus au Québec . Leur gamme de produits comprend à la fois des hybrides et des vinifera, mais toujours et étonnamment dans une gamme abordable. Pour Charles-Henri, l’aspect le plus important pour l’industrie reste l’obtention du statut IGT. Depuis l’inauguration de l’association «Vin du Québec certifié» en 2008, il a constaté un changement dans les normes de consommation, les québécois commençant à chercher une accréditation ou un justificatif dans leurs choix de vins. En ce qui concerne le climat, c’est une lutte constante. À l’Orpailleur, la plupart des raisins sont encore enterrés en hiver. Il semble que seul le Vinifera ait besoin de la protection du géotextile pour le moment.

Alors que leurs labels notables tels que Cuvée Natasquan et leurs étonnants vins effervescents Brut suscitent une grande attention, ils sont toujours dédiés au développement de nouveaux produits supposés arriver. Peut-être un 100% Chardonnay, un gewürztraminer…

Vignoble du Ruisseau

Tout à fait le nouveau venu au Québec, le Vignoble du Ruisseau est un projet d’envergure avec un investissement colossal. Vous avez juste besoin d’un aperçu du domaine récemment ouvert au public (2016) pour comprendre à quel point le projet est ambitieux. Environ 40 hectares de vigne, Vinifera uniquement, entièrement contrôlé par des conduits géothermiques le long des vignes, est la base de leur philosophie. Rien n’est laissé à la nature pour eux. Il s’agit d’une première, non seulement au Québec, mais partout dans le monde, à être aussi contrôlé que possible dans une approche durable. Tous les rouges sont fabriqués sous serre, appelés «grands tunnels» pour avoir plus de chaleur et de maturité.

Alors que la plupart de leurs vins montrent la jeunesse des vignes, leur pinot noir et leur chardonnay présentent déjà un grand potentiel. Il est difficile de croire que cela deviendra un jour rentable, surtout avec les prix si raisonnables, mais pour le moment, c’est à l’avantage des consommateurs.

Léon Courville

Alors que d’autres vignobles se vantent d’avoir un micro climat, M. Courville va plus loin en affirmant qu’il possède le seul, vrai micro climat au Québec. Avec son sol de cailloux et d’argile, sa légère pente et l’aspect modérateur du lac Brome, Léon Courville se distingue par son utilisation de St-Pépin, un hybride difficile mais délicat. C’est devant le vignoble complètement sous filets qu’il nous a expliqué ces caractéristiques. Il était l’exemple parfait de la façon dont les viticulteurs québécois travaillent, avec une compréhension précise de leur propre vignoble, une exploitation déconnectée et une vision imprécise pour l’avenir.

IMGP0620 (2)

Telmo Rodriguez – A query on how well do we really know (or address) Spanish wines

 

Telmo Rodriguez is considered as one of the great Spanish winemakers, one filled with ambition that brings innovation with the likes of Alvaro Palacios and others. From his home of La Rioja, he traveled around Spain, mostly in the North eastern part, to research winemaking and find ancient, distinguished vineyards to resuscitate.

Telmo, with his love of story-telling, brought up an important point. When we think of Spanish wines, what comes to your mind first? Often, at least from a consumer point of view, Spain’s associated with big brands, making robust, heavy wines, focused on wood and development. So much that wood is often used to hide the original flavors of the wine. Hopefully, this represent only part of Spain’s production, yet it’s often the very image or representation of the country. It may be time to approach Spanish wines with more of an open mind. It’s a whole country that encompasses many styles, expressions, varietals, climate, and soils. It might be time to switch our focus to more specific image and comprehensions, like we do with the different regions of France or Italy. French wines are not just characterized by Bordeaux; Italian wines are not limited to Tuscans; Spanish wines are not bonded to aged Rioja. Wine lovers and enthusiasts can easily name and differentiate the different villages of Beaune, yet they can’t name a single Lieux-dits within Rioja, any sub-regions of Galicia nor any grape varieties beside Tempranillo and maybe Garnacha.

For Telmo Rodriguez: “The future of Spain is in its past. “There’s an important heritage that have been forgotten and replaced by ‘Enhancing Varietals’ like Cabernet sauvignon and Merlot in the 1980s. 70 years ago, you could find as much as 50 different local grape varieties, often mixed and co-planted.” Without necessarily wanting to follow the new ‘forgotten varietals’ trend, it’s still part of vineyards history and many regions historical marks and personality. He’s taken an interest especially in the region of Galicia for its unique climate, far from the warm idea of continental Spain. Galicia has a mix of Atlantic and continental and a much cooler climate. In some vintages, harvest has even been done under a snowing sky. It’s mostly known for its white wine production, especially Albariño in Rias Baixas, but there are some lovely red surprises, with a tart and fresh approach that may be found too!

Ladeiras do Xil is the Galician vineyards of Telmo Rodriguez, located in the Valdeorras area in between Ribeira Sacra to the west and Bierzo to the east. They’ve been working since 2002 with well-established families of winegrowers who has been working impossible and complicated vineyards for generations. From soft and delicate  white wines based on the local Godello grape to incredibly complex and aromatic field blend reds. Ladeira do Xil was in a way, a rebirth of the Valdeorras and Santa cruz potential as well as original co-plantation tendencies including varieties such as Mencia, Merenzao, Sousón, Treixadura, Godello, Brencellao, Doña Blanca, Palomino, etc.

The specific parcels of the vineyards have been developed in very different ways for unique expressions. The ‘As Caborcas’ Parcel is the oldest one and hasn’t been replanted at all. It’s an old field blend that has remained the same forever. It shows an incredible complexity of spices and deep fruits. It’s aromatic, delicious with a lingering freshness embellished by tarter notes on the palate.

O Diviso shows darker and riper than As Caborcas. It’s a mix of old vines and new ones since some of them had to be replanted including some of the Alicante that was on the parcel. A burst of fruits & spices that felt like Espelette pepper dark bitter chocolate.

Falcoeira was an esteemed parcel in Santa Cruz. All the elders of the village would praise its merits. It was in such a desperate state that it took 6 years to replant and rebuilt it. “It was a Nightmare!” Telmo says. It may have taken some time, but the wine is showing splendidly: balanced, bright, tasteful with a mouth filling, coating aspect which gives length. The spices of the other parcels are replaced by earthy tones with dark roasted coffee, black beans and roasted nuts.

 

Telmo Rodriguez – Une question sur la façon dont nous connaissons vraiment (ou abordons) les vins espagnols

 

Telmo Rodriguez est considéré comme l’un des grands viticulteurs espagnols, rempli d’ambition et d’innovation comme Alvaro Palacios et tant d’autres. Depuis son domicile de La Rioja, il a parcouru l’Espagne, principalement dans la partie nord-est, pour faire des recherches sur la vinification et trouver d’anciens vignobles distingués à réanimer.

Telmo, avec son amour de la narration, a soulevé un point important. Quand on pense aux vins espagnols, que pensez-vous en premier? Souvent, du moins du point de vue du consommateur, l’Espagne est associée à de grandes marques qui produisent des vins robustes et lourds, axés sur le bois et le développement. A tel point que le bois cache souvent les saveurs originales du vin. Heureusement, cela ne représente qu’une partie de la production espagnole, mais c’est souvent l’image même ou la représentation du pays. Il est peut-être temps d’aborder les vins espagnols avec un esprit plus ouvert. C’est un pays entier qui englobe de nombreux styles, expressions, cépages, climat et sols. Il serait peut-être temps de nous concentrer sur une image et une compréhension plus spécifique, comme nous le faisons avec les différentes régions de France ou d’Italie. Les vins français ne sont pas seulement caractérisés par Bordeaux; Les vins italiens ne sont pas limités aux toscans; Les vins espagnols ne sont pas liés à la Rioja vieillissante. Les amateurs de vin peuvent facilement nommer et différencier les différents villages de Beaune, mais ils ne peuvent nommer un seul lieu-dit dans la Rioja, aucune des sous-régions de Galice ni aucun cépage autre que le Tempranillo et peut-être le Garnacha.

Pour Telmo Rodriguez: «L’avenir de l’Espagne est dans son passé.» Un héritage important a été oublié et remplacé par «des cépages améliorateurs» comme le cabernet sauvignon et le merlot dans les années 1980. Il y a 70 ans, vous pouviez trouver jusqu’à 50 cépages locaux différents, souvent mélangés et co-plantés. Sans vouloir forcément suivre la nouvelle tendance des «cépages oubliés», elle fait toujours partie de l’histoire des vignobles et de nombreuses régions et marques historiques. Il s’est particulièrement intéressé à la région de Galice pour son climat unique, loin de l’idée chaleureuse de l’Espagne continentale. La Galice a un mélange de l’Atlantique et du continent et un climat beaucoup plus frais. Dans certains millésimes, la récolte a même été effectuée sous un ciel de neige. Elle est surtout connu pour sa production de vin blanc, en particulier l’Albariño de Rias Baixas, mais il y a de belles surprises rouges, avec une approche acidulée et fraîche qui peut être trouvée aussi!

Ladeiras do Xil est le vignoble galicien de Telmo Rodriguez, situé dans la zone de Valdeorras, entre Ribeira Sacra à l’ouest et Bierzo à l’est. Ils travaillent depuis 2002 avec des familles bien établies de vignerons qui travaillent depuis des générations sur des vignobles impossibles et compliqués. Des vins blancs doux et délicats basés sur le raisin Godello local à des mélanges incroyablement complexes et aromatiques. Ladeira do Xil était en quelque sorte une renaissance des tendances potentielles et originales de la plantation de Valdeorras et Santa cruz, y compris des variétés telles que Mencia, Merenzao, Sousón, Treixadura, Godello, Brencellao, Doña Blanca, Palomino, etc.

Les parcelles spécifiques des vignobles ont été développées de manières très différentes pour des expressions uniques. La parcelle «As Caborcas» est la plus ancienne et n’a jamais été replantée. C’est un vieux mélange variété co-planté qui est resté le même depuis toujours. Il montre une complexité incroyable d’épices et de fruits profonds. Il est aromatique, délicieux avec une fraîcheur persistante agrémentée de notes plus acidulé en bouche.

« O Diviso » se montre plus sombre et plus mûr que As Caborcas. C’est un mélange de vieilles vignes et de nouvelles, car certaines d’entre elles ont dû être replantées, y compris une partie de l’Alicante qui se trouvait sur la parcelle. Un éclat de fruits et d’épices qui ressemble à du chocolat noir amer au piment d’Espelette.

Falcoeira est une parcelle estimé à Santa Cruz. Tous les anciens du village en vantaient les mérites. Elle était dans un état désespéré, tant qu’il a fallu 6 ans pour replanter et reconstruire. «C’était un cauchemar», dit Telmo. Il a peut-être fallu un certain temps, mais le vin se montre splendidement: équilibré, brillant, de bon goût avec un remplissage en bouche, aspect qui donne de la longueur. Les épices des autres parcelles sont remplacées par des tons terreux avec du café torréfié foncé, des haricots noirs et des noix grillées.

IMGP0620 (2)

10 things you need to know about Prosecco

Prosecco is going crazy right now! Seriously, sales could be compared to furious madness! And it’s a global phenomenon nonetheless. Last year 530 million bottles have been sold under the Prosecco label for 92 million under the DOCG. Although obviously loved and appreciated, it feels as this unique style is not truly understood. Sometimes considered as just cheap sparkling, it couldn’t further from the truth, except maybe for the prices, prices are good whatsoever. Without further ado, let’s take a look at these easy drinking bubbles.

  1.  First of all, the name is source of much confusion. Before 2009, the name Prosecco was used to designate the grape variety known today as Glera. It’s the one true variety for Prosecco sparkling and is hardly found anywhere else. In 2009, ‘Prosecco’ was completely removed from the International list of vine varieties from the International Organisation of Vine and Wine (OIV). The name Glera which is a local synonym was choosen as official name.If this wasn’t enough, there’s also a town called Prosecco. More a village than an actual city, it’s a suburb of Trieste and where everything started for this superstar beverage.
  2. 2009 was the official establishement of the Prosecco DOC and Prosecco Superiore DOCG. After a multitude of frauds and hanky-panky use of the term around the world, Prosecco needed stricker regulations. With the name changed they could finally apply to be geographically delimited.
  3. Glera might be the one true grape but others are also allowed. Proseccco can also be made with Perera, Bianchetta, and Verdiso, Chardonnay, Pinot Gris, and Pinot Noir although very little are actually planted.By law, Prosecco has to be 85% Glera. Glera is a very floral and fruity wine that is quite expressive and may even get melon smell when ripe enough.
  4. The vast majority of Prosecco is made using the tank or Charmat method. This is the aspect you need to thank for the low price but also part of the style.
  5. Prosecco is not only made in Veneto. Acatually, the approximate 20 000hectares under vine of the the DOC is separated between five provinces in the Veneto (Treviso, Venice, Vicenza, Padua, Belluno) and four provinces in Friuli-Venezia-Giula (Gorizia, Pordenone, Trieste and Udine). The DOCG is on the hills between the towns of Conegliano and Valdobbiadene but also include the village of Asolo. Within this hill, you can find the Superiore di Cartizze, the most concentrated expression of Prosecco and often the sweetest too.
  6. Prosecco is getting precisely delimited. While the differenciation between the DOC and Superiore DOCG is quite helpful in understanding quality and styles of Prosecco. The Consorzio recently-introduced the Rive delimitations, which are named after particular sub-zones with distinct and high-quality terroirs. “RIVE” would be the equivalent of Single vineyards. This is where you’ll find quality-focused Prosecco. There’s currently 43 villages which producers may claim as sub denomination or ‘Rive di’.

Quality levels hierarchy

  • Prosecco DOC:

The base appellation for Prosecco wine made in the region of Treviso.

  • Prosecco Superiore DOCG:

Conegliano, Valdobbiadene, and Asolo

  • Prosecco Superiore Rive DOCG

43 specific single vineyards in the Coneglio-Valdobiaddene district. Ex: San Floriano, San Pietro di Barbozza, Ogliano, Guia

  • Prosecco Superiore di Cartizze DOCG

106 hectaresof remarkably steep vineyards in the Valdobbiadene communes of San Pietro di Barbozza, Santo Stefano, and Saccol.

7-Different styles of Prosecco are decided based on sparkling level and sweetness level. Prosecco can be fully sparkling, Frizzante or even Still (Tranquilo). The sweetness level is a controversial aspect for many consumers. Still, wrongfully associated with a negative note. Sweetness in Prosecco, and in any sparkling really, is a question of Balance. A balance of Acidity and sugar to create a soft and pleasant taste. Not enough sugar and the wines might be breaking your teeth from the scathing acidity, too sweet and the wine might feel heavy and dull.

8- Carpené Malvoti was the first to produce a Sparkling Prosecco, this was back in 1868. Before, Prosecco were just classic still and simple wines.

9- There might be Prosecco Rosé in a near future. After the extremely rich 2018 vintage, a high demand and so many producers starting to produce ‘Declassified rosé sparkling’, there’s a heated debate about whether or not to allow rosé winemaking into the appellation. For the moment it’s not yet allowed but definitely being discussed. There’s a traditional red grape variety which is still being grown in the region called Raboso. It might become the source for color along with Pinot noir.

10- Be careful which producer you choose. Here’s a lot of huge cooperative that takes a big part of the market. The likes of Lamarca, and Bosco Malera are extremely marketed but doesn’t express the true potential of Prosecco. There’s other names that are as famous yet much more quality-focused such as Bisol or Nino Franco.

 

10 choses à savoir sur le Prosecco

La popularité du Prosecco déraille! Sérieusement, les ventes pourraient être comparées à de la folie furieuse! C’est néanmoins un phénomène mondial. L’année dernière, 530 millions de bouteilles ont été vendues sous le label Prosecco pour 92 millions au titre du DOCG. Bien que visiblement aimé et apprécié, il semble que ce style unique ne soit pas vraiment compris. Parfois considéré comme juste bon marché, ça ne pourrait pas être plus loin de la vérité, sauf peut-être pour le prix, les prix sont bons quoi que ce soit. Sans plus tarder, apprenons sur ces bulles faciles à boire.

1- Tout d’abord, le nom est source de confusion. Avant 2009, le nom Prosecco était utilisé pour désigner le cépage connu aujourd’hui sous le nom de Glera. C’est la vraie variété pour le mousseux Prosecco et on ne la trouve que peu ailleurs. En 2009, «Prosecco» a été complètement retiré de la liste internationale des variétés de vigne de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). Le nom Glera, synonyme local, a été choisi comme nom officiel.

Si cela ne suffisait pas, il y a aussi une ville appelée Prosecco. Plus un village qu’une ville en fait, c’est une banlieue de Trieste où tout a commencé pour cette boisson de superstar.

2- En 2009 a eu lieu l’établissement officiel de l’appellation Prosecco DOC et Prosecco Superiore DOCG. Après une multitude de fraudes et l’utilisation abusive du terme dans le monde entier, Prosecco avait besoin de réglementations plus strictes. Avec le nom changé, il était finalement possible de délimiter la zone géographiquement.

3- Le Glera est le cépage officiel du prosecco, mais d’autres sont également autorisés. Proseccco peut également être produit avec du Perera, Bianchetta, Verdiso, Chardonnay, Pinot Gris et Pinot Noir, même si très peu sont réellement plantés. En vertu de la loi, le Prosecco doit contenir 85% de Glera. Le Glera est un vin très floral et fruité qui est assez expressif et peut même avoir une odeur de melon quand il est assez mûr.

4- La grande majorité des Prosecco sont fabriqués avec la méthode cuve close ou Charmat. C’est l’aspect que vous devez remercier pour le bas prix mais aussi pour le style.

5- Prosecco n’est pas seulement fabriqué en Vénétie. Dans l’ensemble, les quelque 20 000 hectares de vigne de la DOC sont séparés entre cinq provinces de la Vénétie (Trévise, Venise, Vicence, Padoue, Belluno) et quatre provinces du Frioul-Vénétie-Julienne (Gorizia, Pordenone, Trieste et Udine). La DOCG se trouve sur les collines entre les villes de Conegliano et Valdobbiadene, mais comprend également le village d’Asolo.

Dans cette colline, vous pouvez aussi trouver Superiore di Cartizze, l’expression la plus concentrée de Prosecco et souvent la plus douce.

6- Prosecco commence à se délimiter plus précisément. Alors que la différenciation entre DOC et Superiore DOCG est très utile pour comprendre la qualité et les styles de Prosecco. Le Consorzio a récemment introduit les délimitations de Rive, qui portent le nom de sous-zones particulières présentant des terroirs distincts et de grande qualité. “RIVE” serait l’équivalent de parcelles. C’est là que vous trouverez le Prosecco axé sur la qualité. Il y a actuellement 43 villages que les producteurs peuvent revendiquer comme sous-dénomination ou «Rive di».

Hiérarchie des niveaux de qualité

  • Prosecco DOC:

L’appellation de base du vin Prosecco fabriqué dans la région de Trévise.

  • Prosecco Superiore DOCG:

Conegliano, Valdobbiadene et Asolo

  • Prosecco Superiore Rive DOCG

43 vignobles uniques dans le district de Coneglio-Valdobiaddene. Ex: San Floriano, San Pietro di Barbozza, Ogliano, Guia

  • Prosecco Superiore di Cartizze DOCG

106 hectares de vignobles remarquablement abrupt dans les communes de Valdobbiadene: San Pietro di Barbozza, Santo Stefano et Saccol.

 

7- Différents styles de Prosecco sont décidés en fonction du niveau de bulles et du niveau de sucre. Le Prosecco peut être entièrement pétillant, frizzante ou encore tranquille (Tranquilo). Le niveau de sucre est un aspect controversé pour de nombreux consommateurs. Toujours associé à tort à une note négative. La douceur dans le Prosecco, et dans tous les vins pétillant vraiment, est une question d’équilibre. Un équilibre d’acidité et de sucre pour créer un goût doux et agréable. Pas assez de sucre et les vins peuvent avoir une acidité cinglante, trop sucré et le vin peut se sembler lourd et terne.

8- Carpené Malvoti a été le premier à produire un Prosecco Pétillant, c’était en 1868. Auparavant, le Prosecco n’était que des vins simples et classiques.

9- Il pourrait y avoir des Prosecco Rosé dans un avenir proche. Après le millésime 2018 extrêmement riche, une forte demande et un nombre important de producteurs qui commencent à produire du «rosé mousseux déclassé», il y a un débat animé sur l’autorisation ou non de la vinification rosée dans l’appellation. Pour le moment, ce n’est pas encore permis, mais on en discute définitivement. Il existe un cépage rouge traditionnel qui est encore cultivé dans la région appelée Raboso. Il pourrait devenir la source de couleur avec le pinot noir.

10- Faites attention au producteur que vous choisissez. Il y a de plus en plus d’énormes coopératives qui prennent une grande part du marché. Les sociétés comme Lamarca et Bosco Malera sont extrêmement commercialisées, mais n’expriment pas le véritable potentiel du Prosecco. Il existe d’autres noms aussi célèbres mais centrés sur la qualité tels que Bisol ou Nino Franco.

IMGP0620 (2)

The meant to be tourism tale of Maison Cazes

Lionel Lavail: Directeur Général de la Maison Cazes

Maison Cazes is an incredibly well-established estate in the heart of Roussillon and with Roussilon on their heart. From Port-Vendres to the Corbières Mountains, Maison cazes has two separate estates: Domaine Cazes established in Rivesaltes inland and Le Clos de Paulilles, sea side. The estate is recognised, among the quality, affordability and diversity of its wine, for their aggressive conversion to Biodynamic winemaking 20 years ago. They were pioneer in the region and at the time called crazy by their neighbours, but thinking back Lionel Lavail 7th generation at the head of the estate recalls this decision as a blessing. 10 years ago, the estate was half of its actual 220 ha size. It’s the biodynamic state of mind that convinced them to roll back, or rather buy back, their neighbours, creating an impressive vineyard holding.

Domaine Cazes is one of those putting focus on hospitality and wine tourism. At both estates, rooms are available, always bound to the estates history. They also each have their very own restaurant rewarded by the Michelin guide as Bib Gourmand: La table l’Aimé and Restaurant Les Clos De Paulilles. They are also offering a very diverse array of tours, tasting and excursions from gourmet getaway to bird sightings. Lionel Lavail recounts how troubled he was by the reception his Grand-Father reserved to guests at the time who were not so welcomed after all. He wanted to do more, he successfully changed the approach so individuals and professionals get a warm winemaker welcome. He’s dedicated to make his home open and welcoming in a friendly way.

In 2009, a trainee at the time proposed send their application to a new national contest, Le prix national de l’oenotourisme( National award of wine tourism) created jointly by the Ministry of Agriculture and the Ministry of Tourism. Without putting much thought to it, they applied and were extremely surprised to win first place beside big players such as Georges Duboeuf, Olivier Leflaive or Jean-Michel Cazes. This reward was an added motivation and gratification towards further wine tourism development at the estate. It just shows that trainees often deserves more credit than one thinks.

L’incroyable histoire touristique de la Maison Cazes

La Maison Cazes est un domaine incroyablement bien établi au cœur du Roussillon et avec le Roussilon sur leur cœur. De Port-Vendres aux Montagnes des Corbières, la Maison Cazes possède deux domaines distincts: le Domaine Cazes, établi à Rivesaltes à l’intérieur des terres et le Clos de Paulilles, côté mer. Le domaine est reconnu, entres autres, pour la qualité, l’accessibilité et la diversité de ses vins et pour sa conversion agressive à la biodynamie il y a 20 ans. Ils étaient des pionniers dans la région et à l’époque, ils étaient considérés un peu fous par leurs voisins, mais en y pensant à Lionel Lavail, 7ème génération à la tête du domaine, se rappelle de cette décision comme une bénédiction. Il y a 10 ans, le domaine représentait la moitié de sa superficie actuelle de 220 ha. C’est l’état d’esprit biodynamique qui les a convaincus de repousser, ou plutôt de racheter, leurs voisins, en créant un vignoble impressionnant.

Le Domaine Cazes est l’un de ceux qui mettent l’accent sur l’hôtellerie et le tourisme viticole. Dans les deux domaines, des chambres sont disponibles, toujours liées à l’histoire des domaines. Ils ont également chacun leur propre restaurant récompensé par le guide Michelin Bib Gourmand: La table L’Aimé et le restaurant Les Clos De Paulilles. Ils offrent également une gamme très variée de visites, de dégustations et d’excursions, de l’évasion gastronomique à l’observation des oiseaux. Lionel Lavail raconte combien il était troublé par la réception que son grand-père avait réservée aux invités de l’époque qui n’étaient pas si bien accueillis après tout. Il voulait faire plus, il a réussi à changer d’approche pour que les particuliers et les professionnels reçoivent un accueil chaleureux comme seul les vignerons savent le faire. Il se consacre à rendre sa maison ouverte et accueillante de manière amicale.

En 2009, un stagiaire de l’époque à proposer d’envoyer leur candidature à un nouveau concours national, Le prix national de l’œnotourisme, créé conjointement par le Ministère de l’agriculture et le Ministère du tourisme. Sans trop y penser, ils ont appliqué et ont été extrêmement surpris de remporter la première place aux côtés de grands joueurs tels que Georges Duboeuf, Olivier Leflaive ou Jean-Michel Cazes. Cette récompense était une motivation supplémentaire et une gratification pour le développement ultérieur de l’industrie du vin dans la propriété. Cela montre simplement que les stagiaires méritent souvent plus de crédit qu’on ne le pense.