IMGP6781 (2)

The personalities of Champagne – DE VENOGE

Champagne is something truly unique in many ways. There’s an aura and mood surrounding this name that is both precise and mysterious at the same time. It’s a mythic and exciting product that reached impressive distinction and status. This prominence has affected the appellation but also brands in a more specific ways. The truth is behind its unique character, the champagne hides a mosaic of micro-terroirs, a vast array of definite styles and overall a multifaceted personality. What is the true differentiation between a bottle and another? What is the authentic spirit and world of each of the prestigious houses?

Probably the most stand-out characteristic of de Venoge is the decanting carafe shaped unique bottle. Although, this particularity has been a considerable quality to bring the Champagne house to fame, it is obviously not limited to a visual aspect. Champagne de Venoge has been driven by a commercial approach for a long time. De Venoge benefited from nobles, aristocrats, “people” and gentlefolks clients around the world and such lovers of the house that they became true worldwide ambassadors for the brand. The house’s founder, Henri-Marc de Venoge left his native Switzerland exactly for a commercial enterprise which brought him to Aÿ in 1825, opening a wine trade counter, still not a proper Champagne house until 1837. Since the very start, champagne de Venoge was innovative. First illustrated label was a Revolution started by De Venoge. Instead of the then handwritten label only stating name and vintage, a very golden and bright red label illustrating bottles and bunches of grapes. An extremely extensive collection of old labels, from the house, others and unsure, mysterious origin is one of the treasures preciously kept in the manor.

The products may be separated in three ranges. The Cordon bleu non-vintage judicious expression of the houses style is a blend of the three varieties with abundance of Pinot noir, thus vinosity and roundness. It was a symbol of nobility at its creation in 1864, referring both to the Venoge river and the Saint-esprit order, famous French knighthood. The Champagne des Princes has the famous looking bottles. Also historic cuvees, it was producted again since 2000. The prestige Cuvée of de venoge, Louis XV, is also in the rounded shape but transparent bottle. It’s a sophisticated delicacy, royal in appearance and taste.  Other cuvees includes the vin du paradis, historic, unchanged and exotic driven for dessert Champagne. Also, the “20 ans” aged for 20 years and a coteaux champenois.

Noblesse oblige…

Le Champagne est quelque chose de vraiment unique à bien des égards. Il y a une aura et une ambiance autour de ce nom à la fois précis et mystérieux. C’est un produit mythique et passionnant qui a atteint une distinction et un statut impressionnants. Cette importance a affecté l’appellation mais aussi les marques d’une manière plus spécifique. La vérité est que derrière son caractère unique, le champagne cache une mosaïque de micro-terroirs, une vaste gamme de styles définis et une personnalité aux multiples facettes. Quelle est la vraie différenciation entre une bouteille et une autre? Quel est l’esprit et l’univers authentique de chacune des producteurs ou maisons prestigieuses?

Probablement la caractéristique la plus remarquable de Venoge est la bouteille en forme de carafe unique. Bien que cette particularité ait été une qualité considérable pour faire connaître la Maison de Champagne, elle ne se limite évidemment pas à un aspect visuel. Champagne de Venoge est depuis longtemps animée par une approche commerciale. De Venoge a profité de la noblesse, de l’aristocratie, des clients “people”, des gentilshommes du monde entier et des amoureux de la maison pour devenir de véritables ambassadeurs mondiaux de la marque. Le fondateur de la maison, Henri-Marc de Venoge, quitta sa Suisse natale pour une entreprise commerciale qui l’amena à Aÿ en 1825, ouvrant un comptoir de commerce de vin, pas encore une véritable maison de Champagne jusqu’en 1837. Dès le début, champagne de Venoge innovant. La première étiquette illustrée était une révolution commencée par De Venoge. Au lieu de l’étiquette alors manuscrite indiquant seulement le nom et le cru, une étiquette rouge très dorée et lumineuse illustrant des bouteilles et des grappes de raisin. Une collection extrêmement étendue de vieilles étiquettes, de la maison, d’autres ou parfois d’une origine incertaine et mystérieuse est l’un des trésors précieusement conservés dans le manoir.

 

Les produits peuvent être séparés en trois gammes. L’expression judicieuse Cordon bleu non-millésimé du style de la maison est un mélange des trois variétés avec une abondance de Pinot noir, donc vinosité et rondeur. Il fut un symbole de noblesse lors de sa création en 1864, se référant à la fois à la rivière Venoge et à l’ordre de Saint-Esprit, célèbre chevalerie française. Le Champagne des Princes a les fameuses bouteilles. Également cuvées historiques, elle a été produite à nouveau depuis 2000. La prestigieuse Cuvée de venoge, Louis XV, est aussi dans la forme arrondie mais en bouteille transparente. C’est une délicatesse sophistiquée, d’apparence et de goût royal. D’autres cuvées incluent le vin du paradis, historique, inchangé et exotique conçue pour le dessert.

 

Noblesse oblige…

IMGP6781 (2)

Hotel du Marc – The very private home of Veuve Clicquot

I almost couldn’t believe it when I got the invitation to the very exclusive Hotel du Marc. Even when the chauffeur approached the very closed entrance door, I felt like maybe they would not open and it was all just a big joke. They did open to reveal the 19th century, roman-stoned discreet private house. The Hotel du marc is Veuve Clicquot’s private house, an hotel by name only. It is reserved for friends, family, business associates and as it seems so, press mate as me too. Invitations reaches only around 2500 persons per year. It is said that once you’ve seen the Hotel de Marc, you can never come back as it is a once in a lifetime opportunity. To which I say, challenge accepted.

It has quite the history as this was the very home of Madame Clicquot in 1840. It was one of the rare buildings in Reims to be spared by both world wars except for some minor scratches. The whole place was redecorated from head to toe in 2011 by in-demand Paris architect and designer Bruno Moinard. Each of the six bedrooms are inspired by a different country, culture and the main hallway leading to the suites shows imposing contemporary interpretation of the famous family portraits. I would not have expected anything less from the decor than the yellow-highlighted sophisticated design with everywhere, a touch of spark and eccentricity. Everything has the Clicquot touch, up to the bathrooms floors bearing Clicquot’s comet.

We were welcomed by a handful of waiters, white gloves obliged, and our cheerful and so friendly host and house’s ambassador, Camille Berdin. After some first delicious bites and appetitive glass of bubbly in one of the various salons or in this case more of a library, we took place in the dining room, a frame of incredible elegance with open view on the gardens. Dishes and Champagnes succeeded one another, all in perfect harmony. King crab, Miso Burrata with the vintage 2008, fantastic lamb with the rosé 2008, Cheeses with an original Bouzy red 2003, and a perfectly carafe-served Demi-sec with the light touch of a strawberry/rhubarb dessert. It’s was an intimate experience I will remember, take pride and brag about all my life.

Je ne pouvais presque pas le croire quand j’ai reçu l’invitation à l’Hôtel du Marc. Même quand le chauffeur approchait de la porte d’entrée très fermée, j’avais l’impression que peut-être ils ne s’ouvriraient pas et que c’était juste une grosse blague. Ils ont ouvert pour révéler la maison privée discrète du 19e siècle, en pierre romaine. L’Hôtel du Marc est la maison privée de Veuve Clicquot, un hôtel de nom seulement. Il est réservé aux amis, à la famille, aux associés et, semble-t’il, des journalistes et blogueurs spécialisés tels que moi aussi. Les invitations atteignent seulement environ 2500 personnes par an. On dit qu’une fois que vous avez vu l’Hôtel de Marc, vous ne pouvez jamais revenir car c’est une occasion unique. Moi je dis, défi accepté!!

Il a toute l’histoire car c’était la maison même de Madame Clicquot en 1840. C’était l’un des rares bâtiments à Reims à être épargné par les deux guerres mondiales à l’exception de quelques égratignures mineures. L’ensemble a été redécoré de la tête aux pieds en 2011 par l’architecte et designer parisien en demande Bruno Moinard. Chacune des six chambres est inspirée par un pays différent, la culture et le couloir principal menant aux suites présente des interprétations imposantes contemporaines des portraits de famille célèbres. Je n’aurais rien attendu de moins du décor que le design sophistiqué, accentué  de jaune avec partout, une touche d’étincelle et d’excentricité. Tout a la touche Clicquot, jusqu’aux planchers des salles de bain portant la comète de Clicquot.

Nous avons été accueillis par une poignée de serveurs, des gants blancs obligés, et notre hôtesse et ambassadrice de la maison, l’amicale et sympathique, Camille Berdin. Après quelques premières bouchées délicieuses et un verre appétissant de bulles dans l’un des différents salons ou dans ce cas plus une bibliothèque, nous avons pris place dans la salle à manger, un cadre d’une incroyable élégance avec vue dégagée sur les jardins. Les plats et les champagnes se sont succédés, tous en parfaite harmonie. Crabe royal, Miso Burrata au millésime 2008, agneau fantastique au rosé 2008, Fromages au Bouzy rouge 2003 original et Demi-sec parfaitement carafé avec la touche légère d’un dessert fraise / rhubarbe. Ce fut une expérience intime dont je me souviendrai, avec fierté et me vanterai toute ma vie.

 

IMGP6781 (2)

Assiette Champenoise and the charming Lallement Family

I always get mixed feeling approaching a Michelin-starred restaurant. I’m incredibly enthusiast at the idea of this type of privileged meal, but I also feel pressured to act to the up-point decent. I never get completely used to it and I feel expected to act precisely how they intend me to. I entered the gorgeous Mansion of l’Assiette Champenoise with the same kind of excitement/nerve but instead of a very standardized, codified approach, I got the warmest of welcome from the very elegant Mélanie Lallement, part owner with her brother and Chef Arnaud Lallement, and even their lovely mother. After a tour of the place, a visit of the rooms and various salons all in a very contemporary and trendy style, we were well at ease and already impressed.

It’s a family tale of delights and prestige delicately paired with local bubbly, and this Lallement dynasty is put forward even in the first dish Arnaud’s vision of a potée Champenoise, a cube of cabbage and porc onto which a consommé is poured. This is a traditional dish served to pickers during harvest that his father would make at the family restaurant in Châlons-sur-Vesle. A first dish that sets the scene with a glass of Chartogne-Taillet, cuvée Sainte-Anne.

The following few dishes highlighted very specific products. The second entrée showed an interest and know-how of both local and exotic ingredients combined with products of Sylvain Erhardt, famous asparagicultor and the very tastful, colourful Japanese Sancho pepper.

Next was a Peanut raviole with a vert-jus sauce, a mix of raisined acidity and sugar which reminded me of the precise and distinctive balance looked for in a Champagne Vins clairs tasting. This was served with a glass of Nicolas Maillart Rosé grand cru.

Then, it’s back to a family tradition with a Lallement Père recipe dating back to 1978 of the amazing are Breton blue lobster with a sauternes emulsion.  This and the next service was paired with the amazingly fresh and balanced Pol Roger extra brut. Already, we were at service number five. While my appetite disappeared, the succulent discoveries go on with a Saint-Pierre filet, declination of onions and a Nailly Prat vermouth emulsion followed by a very original green curry with celery mousse and flat puff pastry as savory as it sounds. Its sparkling follower was non-other than Louis de Sacy, incredibly rich and layered limited edition Cuvée XII, aged 12 years on lees in magnums only.

 

The next main dish was my favourite, half a pigeon Pithiviers, spinach, foie gras and pigeon breast layered perfectly in a pastry coat. Apparently, this recipe was developed jointly with late Lallement fatherly. The very deep-colored and fruity Laurent Perrier rosé really did work perfectly with the elegant plate.

 

About half a hundred choice of cheeses from Philippe Olivier in Normandy, a reconstituted illusion lemon dessert and other sweet mignardises later, the meal was sadly almost over. I got blind tested by the sommelier who brough the lovely Doyard ratafia. What was left is the coffee service which they succeeded in making as special as any other service. A selection of coffee beans and teas was presented in a series of jars that you could sniff and select. Options included the rarest and most recognized beans in the world such as Blue Mountain or Kopi Luwak.

The reputation for excellence is well deserved. The very present and maty chef stolling in the dining room, meeting himself every client, was as lovely as the dishes he served us. I think the Assiette Champenoise should be a mandatory passage for any Grand cru and great wine visitors.

 

J’ai toujours un sentiment partagé en approchant un restaurant étoilé Michelin. Je suis incroyablement enthousiaste à l’idée de ce type de repas privilégié, mais je me sens aussi pressée d’agir à la hauteur, décemment. Je ne m’y suis jamais complètement habitué et je me sens censé agir exactement comme ils le souhaitent. Je suis entré dans le magnifique manoir de l’Assiette Champenoise avec le même genre d’excitation / nerf mais au lieu d’une approche très standardisée et codifiée, j’ai reçu l’accueil le plus chaleureux de la très élégante Mélanie Lallement, copropriétaire avec son frère et chef Arnaud Lallement et même leur charmante mère. Après une visite de l’endroit, une visite des chambres et des différents salons tous dans un style très contemporain et branché, nous étions bien à l’aise et déjà impressionnés.

 

C’est un conte familial de délices et de prestige délicatement associé aux bulles locales, et cette dynastie Lallement est mise en avant même dans le premier plat d’Arnaud: une potée Champenoise, un cube de chou et de porc sur lequel est versé un consommé. C’est un plat traditionnel servi aux vendangeurs lors de la récolte que son père fesait au restaurant familial à Châlons-sur-Vesle. Un premier plat qui met en scène avec un verre de Chartogne-Taillet, cuvée Sainte-Anne.

Les quelques plats suivants ont mis en évidence des produits très spécifiques. La deuxième entrée a montré un intérêt et un savoir-faire d’ingrédients locaux et exotiques combinés avec des produits de Sylvain Erhardt, célèbre asparagiculteur et du poivre Sancho japonais très coloré.

 

Vient ensuite une raviole aux arachides avec une sauce au vert-jus, un mélange d’acidité et de sucre, qui m’a rappelé l’équilibre précis et distinctif recherché dans une dégustation de vins clairs de Champagne. Cela a été servi avec un verre de Nicolas Maillart Rosé Grand cru.

Puis, retour à une tradition familiale avec une recette de Lallement Père datant de 1978 de l’étonnant homard bleu breton avec une émulsion de sauternes. Ceci et le service suivant a été jumelé avec le Pol Roger extra brut incroyablement frais et équilibré. Déjà, nous étions au cinquième servive. Alors que mon appétit disparaissait, les succulentes découvertes se poursuivent avec un filet Saint-Pierre, une déclinaison d’oignons et une émulsion de vermouth Nailly Prat suivie d’un curry vert très original avec mousse de céleri et pâte feuilletée plate aussi savoureuse que cela puisse paraître. Son disciple étincelant n’était autre que Louis de Sacy, une édition limitée incroyablement riche et complexe de la Cuvée XII, âgée de 12 ans sur lies en magnums seulement.

Le plat principal suivant était mon préféré, un demi pigeon Pithiviers, épinards, foie gras et poitrine de pigeon en couches parfaites dans un manteau de pâtisserie. Apparemment, cette recette a été développée conjointement avec feu Lallement père. Le rosé Laurent Perrier très profond et fruité a parfaitement fonctionné avec l’assiette élégante.

Environ une demi-centaine de fromages de Philippe Olivier en Normandie, un dessert au citron reconstitué et d’autres mignardises sucrées plus tard, le repas était malheureusement presque terminé. Je me suis fait tester à l’aveugle par le sommelier qui a servi un beau ratafia de Doyard. Ce qui restait, c’était le service de café qu’ils  ont réussi à rendre aussi spécial que n’importe quel autre service. Une sélection de grains de café et de thés était présentée dans une série de pots que vous pouviez sentir et sélectionner. Les options comprenaient les grains les plus rares et les plus reconnus au monde, comme  le Blue Mountain ou le Kopi Luwak.

La réputation d’excellence est bien méritée. Le chef très présent et causeur qui se promenait dans la salle à manger, rencontrant chaque client, était aussi charmant que les plats qu’il nous servait. Je pense que l’Assiette Champenoise devrait être un passage obligé pour tous les visiteurs de Grands crus.

Me with Mélanie Lallement and her mother

IMGP6781 (2)

Les suites 33 De Venoge – The best stay in Épernay

In terms of tourism, Epernay has everything to please. There’s history, there’s magical landscapes, there’s fancy castles and houses. However, to deal with tourism, the choice of hospitality or restaurants is quite limited. So much that most visitors tend to make a day trip from Paris and go back right away. They would probably change their mind if they knew they could stay within the walls of the prestigious Champagne de Venoge house which recently opened guest rooms in the ancient and historic but fully renovated outbuildings and a whole apartment to rent on the second floor of their tasting room.

I had the chance to stay in the apartment which was, I confess, maybe a bit excessive for two people. It’s a great feeling to stay just a foot away from the actual castle, right on the Avenue de champagne, one of the most expensive streets in the world. You can sip a glass of Champagne on the porch of the castle or wander in the lovely yard to find old scribbling from the occupancy of WW2 on the garden walls.

It’s neither a hotel nor a private house. It’s neither a guest house nor an inn. It’s unique and lovely. While all the big houses on the avenue tends to appear very closed up and unwelcoming, De Venoge on the contrary has their gates wide open for public. Beside the rooms, they have the tasting room called the Écurie. It actually was real stables before and the apartment was the hay shed just above. Now it looks nothing like it with a very modern and colourful style. You have the chance to taste the house’s Champagne but also Mister Gilles de la Bassetière, president director general, private collection including majorly old Armagnacs and a big selection of Whiskies. Pair it with the tapas-like plates and bites and your good for an awesome time.

En matière de tourisme, Epernay a tout pour plaire. Il y a l’histoire, les paysages magiques, les châteaux et les maisons. Cependant, pour faire face au tourisme, le choix de l’hospitalité ou des restaurants est assez limité. Tellement que la plupart des visiteurs ont tendance à faire une excursion d’une journée à partir de Paris et revenir tout de suite. Ils changeraient probablement d’avis s’ils savaient qu’ils pouvaient rester dans les murs de la prestigieuse maison de Champagne de Venoge qui a récemment ouvert des chambres d’hôtes dans les dépendances anciennes et historiques mais entièrement rénovées et un appartement à louer au deuxième étage de leur salle de dégustation.

J’ai eu la chance de rester dans l’appartement qui était, je l’avoue, peut-être un peu excessif pour deux personnes. C’est super de rester à quelques pas du château, juste sur l’avenue de champagne, l’une des rues les plus chères du monde. Vous pouvez siroter un verre de champagne sur le porche du château ou vous promener dans la belle cour pour trouver des vieux gribouillis de l’occupation de la deuxième guerre mondiale sur les murs du jardin.

Ce n’est ni un hôtel ni une maison privée. Ce n’est ni une maison d’hôtes ni une auberge. C’est unique et charmant. Alors que toutes les grandes maisons de l’avenue ont tendance à paraître très fermées et peu accueillantes, De Venoge, au contraire, ouvre grand ses portes au public. À côté des chambres, ils ont la salle de dégustation appelée l’Écurie. C’était en fait de vraies écuries et l’appartement était le hangar à foin juste au-dessus. Maintenant, ça n’y ressemble plus avec plutôt un style très moderne et coloré. Vous avez la chance de goûter le champagne de la maison mais aussi la collection privée de Monsieur Gilles de la Bassetière, président directeur général, incluant des Armagnacs bien âgés et une grande sélection de Whiskey. Associez-le avec les assiettes et les bouchées comme des tapas et vous serez bien installés pour un temps formidable.

IMGP6781 (2)

Pio Cesare

The Piedmont and more precisely Barolo is such an amazing place. I do deeply love it and let me explain why. It’s not the most well-known and market pleasing wines, yet the sales and popularity keeps increasing. There’s something in Piedmontese wines that is starting to reach consumers and sometimes I feel like they unknowingly fall in love with them. It’s not just the idea of the gorgeous sun-drenched hills but also all the talk that’s been around. The new defined crus have put Barolo in the spotlights and I think it’s amazing to get this level of precision in terroir and single vineyards. Yet, for some producers, it’s just putting on papers what they knew for the past generations. They were already reaching out to those specifically tailored characterisitics to build their wine like it’s no big deal. They have the knowledge and possibility to make big, broad, juicy modern wines. Yet, they tend to stick to a traditional, preserved style with finesse, purity of fruits and refined structure. Nebbiolo is unique. Barbaresco is unique. Barolo is Unique.

I had the chance to share a lunch with M. Pio Boffa from the historical estate of Pio Cesare and it’s exactly what I found in the wines and the discussion. This stance between wanting some modernity, but also wanting to keep the house’s family style.

Pio Cesare was founded in 1881 by Cesare Pio and has remained family owned ever since. Even, if they didn’t owned the land at that time, they remained pretty much within the same position around the town of alba. Most of their vineyards are on the limestone rich soils of SerraLunga but they also have quite an expansive portfolio of communes in Barolo and Barbaresco including, but not limited to, Castiglione, la Morra and a just acquired Monforte 10 hectares.

The wines

L’altro / Piodelei

Pio Cesare has been experimenting in the past 30 years with an uncommon grape in piedmonte, chardonnay. The Piodilei is a very intense and creamy chardonnay with a rich, round taste, a reduced use of oak and a lovely saltiness. L’altro, which literally means “the other” is the other Chardonnay. Lighter and more delicate but still full of complexity creaminess.

2014

The 2014 vintage was mostly cold and revealed a very classical and traditional style both in the Barolo and Barbaresco expressions. They have integrity, complexity, identity and a purity of fruits. They are not forward but rather rounded and fine.

2010

2010 was a very warm vintage. The result was juicy, accessible, lecherous kind of modern wines. It has character, boldness and backbone, especially the Barolo.

Single vineyards

Pio Cesare is producing two single vineyards even if it goes against their belief. Their style was built around the knowledge and blending from all the land specificity, using each characteristic to its advantage. Yet, both the barbaresco single vineyard “il Bricco” and the Barolo single vineyard “Ornato” have impressive preciseness, purity and lenght.

 

Le Piémont et plus précisément Barolo est un endroit incroyable. J’ai un amour profond pour ces vins, laisse-moi expliquer pourquoi. Ce ne sont pas les vins les plus connus ou attrayant pour le grand public, mais ses ventes et sa popularité ne cesse d’augmenter. Il y a quelque chose dans les vins piémontais qui commence à toucher les consommateurs et parfois j’ai l’impression qu’ils tombent inconsciemment amoureux. Ce n’est pas seulement l’idée des superbes collines ensoleillées, mais aussi toutes les discussions qui ont eu lieu. Les nouveaux crus définis ont mis Barolo sous les feux des projecteurs et je pense que c’est incroyable d’obtenir ce niveau de précision des terroirs et vignobles. Pourtant, pour certains producteurs, il s’agit simplement de mettre sur papier ce qu’ils savaient pour les générations passées. Ils étaient déjà en train d’utiliser à profits ces caractéristiques spécifiquement adaptées pour construire leur vin comme si de rien n’était. Ils ont la connaissance et la possibilité de faire de grands vins, larges, juteux et modernes. Pourtant, ils ont tendance à se coller à un style traditionnel et préservé avec finesse, pureté des fruits et structure raffinée. Le Nebbiolo est unique. Barbaresco est unique. Barolo est unique.

J’ai eu la chance de partager un déjeuner avec M. Pio Boffa du domaine historique de Pio Cesare et c’est exactement ce que j’ai trouvé dans ses vins et la discussion. Cette position entre vouloir un peu de modernité, mais aussi vouloir conserver le style familial de la maison.

Pio Cesare a été fondée en 1881 par Cesare Pio et est restée familiale depuis. Même s’ils ne possédaient pas la terre à ce moment-là, ils restaient à peu près dans la même position autour de la ville d’Alba. La plupart de leurs vignobles se trouvent sur les sols riches en calcaire de SerraLunga, mais ils possèdent également une vaste gamme de communes à Barolo et Barbaresco, notamment Castiglione, la Morra et 10 hectares récemment acquis à Monforte.

Les vins

L’altro / Piodelei

Pio Cesare a expérimenté au cours des 30 dernières années avec un cépage rare au Piedmont, le chardonnay. Le Piodilei est un chardonnay très intense et crémeux avec un goût rond et riche, une utilisation réduite du chêne et une belle salinité. L’altro, qui signifie littéralement “l’autre”, est l’autre chardonnay. Plus léger et plus délicat mais toujours plein de complexité crémeuse.

2014

Le millésime 2014 a été plutôt froid et a révélé un style très classique et traditionnel à la fois dans les expressions Barolo et Barbaresco. Ils ont l’intégrité, la complexité, l’identité et la pureté des fruits. Ils ne sont pas en avant mais plutôt arrondis et tout en finesse.

2010

2010 a été un millésime très chaud. Le résultat était juteux, accessible, lubrique et plutôt modernes. Ils ont du caractère, de l’audace et de la colonne vertébrale, en particulier le Barolo.

Cuvée parcellaire

Pio Cesare produit deux cuvées parcellaires, même si cela va à l’encontre de leur croyance. Leur style a été construit autour de la connaissance et du mélange de toutes les spécificités de la terre, en utilisant chaque caractéristique à son avantage. Pourtant, la cuvée “il Bricco” de barbaresco et la cuvée “Ornato” de Barolo ont une précision, une pureté et une longueur impressionnantes.