IMGP4882 (2)-min

Artadi – against RIOJA

Artadi, founded in 1985 by a group of vintners led by Juan Carlos López de Lacalle, is located in the village of Laguardia renowned for winemaking, part of the Rioja Alavesa subregion. They have worked over the years at combining both tradition when needed and modernity. Mostly, their work involved a focus on parcelling and making single-vineyards wine, which is extremely common elsewhere but not yet in Rioja. Instead, classification in Rioja, as well as the rest of Spain, is based on ageing requirements (crianza, reserve, gran reserve). After trying with no success to implement a village appellation in Rioja, the winery finally decided to turn against it, or at least stop taking part in it. They didn’t want to be associated with an appellation that keeps growing with no regards towards quality. Overall, their research for quality and specificity is to be acclaimed, not to mention the wines have all a strong personality and impressive boldness. However, there’s something not right.

Is there really a reason behind the 400$ of their favourite cuvée the Viña el Pison? It’s an extremely high price point, especially for a Spanish wine. When asked about the specificity or characteristic of this emblematic cuvee, the only answer from Carlos López de Lacalle was: “No one understand why this small parcel is better, we got lucky.” I don’t personally understand how chance might mark up a price so much. Even the other wines we got to taste were priced excessively. If we’re talking about luck, I was definitely just lucky to get a sip of these rarities.

El Pison first vintage was in 1991. Then, three new single vineyard wines were launched in the 2000s. Valdeginés comes from 5 hectares of east-facing vineyards in Laguardia; La Poza de Ballesteros comes from less than 2 hectares of west-facing vineyards in Elvillar de Alava and El Carretil, a southwest-facing plot measuring 5 hectares. They are all proving the worth of tempranillo as a young wine from old vines. However, I find it harder to appreciate

Artadi, fondée en 1985 par un groupe de viticulteurs dirigé par Juan Carlos López de Lacalle, est située dans le village de Laguardia renommé pour la vinification, dans la sous-région Rioja Alavesa. Ils ont travaillé au fil des années à combiner à la fois la tradition lorsque nécessaire et la modernité. Simplement, leur travail consistait à diviser et à faire du vin parcellaire. Ce qui est extrêmement courant ailleurs mais pas encore à Rioja. Au lieu de cela, la classification à Rioja, ainsi que dans le reste de l’Espagne, est basée sur les exigences de vieillissement (crianza, reserva, gran reserva). Après avoir tenté sans succès de mettre en place une appellation village à Rioja, le domaine a finalement décidé de se retourner contre elle, ou tout au moins de ne plus en faire partie. Ils ne voulaient pas être associés à une appellation qui ne cesse de croître sans égard pour la qualité. Dans l’ensemble, leur recherche de qualité et de spécificité doit être acclamée, sans compter que les vins ont tous une forte personnalité et une audace impressionnante. Cependant, il y a quelque chose qui ne va pas.

 

Y a-t-il vraiment une raison derrière les 400 $ de leur cuvée préférée le Viña el Pison? C’est un prix extrêmement élevé, surtout pour un vin espagnol. Interrogée sur la spécificité ou la particularité de cette cuvée emblématique, la seule réponse de (Carlos López de Lacalle) était: «Personne ne comprend pourquoi cette petite parcelle est meilleure, nous avons eu de la chance.» Je ne comprends pas personnellement que le hasard puisse gonfler le prix de cette façon. Même les autres vins que nous avons goûtés étaient excessivement chers. Si nous parlons de chance, j’étais vraiment choyée d’avoir une gorgée de ces raretés.

Le premier millésime d’El Pison remonte à 1991. Trois nouveaux vins ont été lancés dans les années 2000. Valdeginés provient de 5 hectares de vignobles orientés vers l’est à Laguardia; La Poza de Ballesteros provient de moins de 2 hectares de vignobles orientés à l’ouest à Elvillar de Alava et El Carretil, une parcelle de 5 hectares exposée au sud-ouest. Ils prouvent tous la valeur du tempranillo en tant que jeune vin issu de vieilles vignes. Cependant, je les trouve plus difficile à apprécier.

artadi.com

trialto.com

 

IMGP4882 (2)-min

Famiglie Storiche – An amarone tasting

It’s the 50th anniversary of the valpolicella DOC and to celebrate, the association of historical families, Famiglie Storiche, which combines 13 top estates, have organised an amazing tastings of historical vintages of Amarone and other great wines of the region. The association, in fact, was founded in 2009 and at the beginning gathered ten members. The idea of these ​​Families, is to make explicit a heritage of historicity, craftsmanship and overall quality production. Among themselves, they have instituted stricter restrictions compared to usual Amarone della Valpolicella  DOCG rules such as more precise grape selection, higher minimum alcohol level (15%abv) and a longer minimum ageing of 30 months instead of 24 months. The tasting took place at the Institut de Tourisme et d’Hôtellerie du Québec, with vintages from 2010 to 1988 and the Masterclass was be animated by the famous Jacques Orhon and a representant of each of the Valpolicella houses.

There’s been such ruckus over the time between Famiglie Storiche and the Consorzio di Tutela del Valpolicella. First of all, concerning the original name of the association, the Families of the Amarone d’Arte were forced to remove from the company name full or partial reference to the Amarone della Valpolicella DOCG, including the word Amarone. Furthermore, for the ninth year in a row, the Consorzio Tutela Vini Valpolicella decided to reduce the percentage of the grapes to be put to rest without any qualitative motivation. Only up to 65% of the grapes may be used for the production of Amarone without taking into account specific location or vineyards that may be more suited.

C’est le 50e anniversaire de l’appellation Valpolicella et pour célébrer, l’association des familles historiques, Famiglie Storiche, qui regroupe 13 domaines, a organisé une dégustation de plusieurs millésimes d’Amarone et d’autres grands vins de la région. L’association, en effet, a été fondée en 2009 et réunissait seulement dix membres. L’idée de ces Familles, est de rendre explicite un héritage d’historicité, d’artisanat et une production de qualité. Entre eux, ils ont institué des restrictions plus strictes par rapport aux règles habituelles de la DOCG Amarone della Valpolicella  telles que la sélection plus précise des raisins, un taux d’alcool minimum plus élevé (15% abv) et un vieillissement minimum plus long de 30 mois au lieu de 24 mois. La dégustation a eu lieu à l’Institut de Tourisme et d’Hôtellerie du Québec, avec des millésimes de 2010 à 1988 et la Masterclass a été animée par le célèbre Jacques Orhon ainsi qu’ un représentant de chacune des maisons de Valpolicella.

Il y a eu tant de remous entre Famiglie Storiche et le Consorzio di Tutela del Valpolicella. Tout d’abord, concernant le nom original de l’association, Famiglie dell’Amarone d’Arte ont été obligées de retirer de leur nom, la référence complète ou partielle à l’Amarone della Valpolicella DOCG, y compris le mot Amarone. En outre, pour la neuvième année consécutive, le Consorzio Tutela Vini Valpolicella a décidé de réduire le pourcentage de raisins à mettre au repos sans aucune motivation qualitative. Seulement jusqu’à 65% des raisins peuvent être utilisés pour la production d’Amarone sans tenir compte de l’emplacement spécifique ou des vignobles qui pourraient être plus adaptés.

The families

Torre d’Orti – Torre D’orti is located in between different terroir, red earth, typical of the Valpolicella Classica, leaves room for the white, calcareous rock. It’s a strong, explosive wine with a very defined structure.

Torre d’Orti est situé entre différents terroirs, la terre rouge, typique de la Valpolicella Classico, laisse place à la roche calcaire blanche. C’est un vin fort, explosif avec une structure très définie.

Tommasi – At Tommasi, the 2009 vintage marked the 50th anniversary of the estate. In addition to the historic vineyards, cultivated with the traditional pergola, the family was among the first forerunners in Valpolicella in the introduction of high density plant guyot, in order to lower yields to have excellent quality of the grapes. It has been very present on the north American market known as seductive and elegant wine, easy to like with an unmistakable style.

À Tommasi, le millésime 2009 a marqué le 50e anniversaire du domaine. En plus des vignobles historiques, cultivés avec la traditionnelle pergola, la famille a été parmi les premiers précurseurs de l’introduction du guyot à haute densité, afin d’abaisser les rendements pour avoir une excellente qualité des raisins. Ce vin a été très présent sur le marché nord-américain connu en tant que vin séduisant et élégant, facile à aimer avec un style incomparable.

Masi – For over 200 years, the Boscainis have been producers and winemakers in the Veneto, Skilled in the production of Amarone & Recioto. The name Masi comes from “Vaio dei Masi,” the little valley purchased by the Boscaini family in the late 18th Century.

Depuis plus de 200 ans, les Boscainis sont producteurs et viticulteurs en Vénétie, qualifiés dans la production d’Amarone & Recioto. Le nom Masi vient de “Vaio dei Masi”, la petite vallée achetée par la famille Boscaini à la fin du 18ème siècle.

Zenato – The passion and interest for native vines have brought back oseleta and croatina in the valpolicella blends including those of Zenato. The estate is based in a territory that surrounds Lake Garda. The amarone della valpolicella classico 2006 is brick colored, vibrant, and well-structured. It’s ripe with fortified-like notes that are quite interesting.

La passion et l’intérêt pour les vignes indigènes ont ramené l’oseleta et le croatina dans les assemblages en valpolicella dont ceux de Zenato. Le domaine est situé dans un territoire qui entoure le lac de Garde. L’amarone della valpolicella classico 2006 est de couleur brique, vibrante et bien structurée. Il est mûr avec des notes fortifiées qui sont assez intéressantes.

Musella – Situated within a natural park, full of rare plant species where many animal species live free, it made sense for a small vineyard like musella to adhere to biodynamics standards.

Situé dans un parc naturel, plein d’espèces végétales rares où de nombreuses espèces animales vivent libres, il était logique pour un petit vignoble comme musella d’adhérer aux normes biodynamiques.

Begali – This small family-run winery was founded at the end of the Second World War. The family vineyards are mainly located in three vineyards: Monte Ca ‘Bianca, La Cengia, named after the rocks that dot the hill near the village and Masua. It is 12 hectares scattered between the hill and the foothills in the heart of the classic Valpolicella, all pergola.

Cette petite cave familiale a été fondée à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les vignobles de la famille sont principalement séparés en trois: Monte Ca ‘Bianca, La Cengia, nommé d’après les roches qui parsèment la colline près du village et Masua. C’est, en tout, 12 hectares dispersés entre la colline et les contreforts au coeur du Valpolicella classico, tous en pergola.

Allegrini – The Allegrini Family has been producing wine for over four hundred years. Owner Marilisa Allegrini is a global ambassador for the region and is internationally considered the “voice of Amarone.”

La famille Allegrini produit du vin depuis plus de quatre cents ans. La propriétaire Marilisa Allegrini est une ambassadrice mondiale pour la région et est internationalement considéré comme la «voix d’Amarone».

Venturini – In the heart of the Valpolicella Classico the Venturini family owns about 15 hectares of vineyards planted with pergola in the hills and with a guyot in the foothills area. One of its main commitments is to protect the territory that is also expressed in the maintenance and restoration of the “marogna”, stone walls that create the typical terraces of Valpolicella.

Au coeur de la Valpolicella Classico, la famille Venturini possède environ 15 hectares de vignobles plantés en pergola dans les collines et en guyot dans la région des contreforts. Un de ses principaux engagements est de protéger le territoire qui s’exprime également dans l’entretien et la restauration des “marogne”, murs de pierre qui créent les terrasses typiques de Valpolicella.

Tenuta sant’Antonio – Inheritors of their father’s 20 hectare estate in the eastern part of the Valpolicella zone, the four Castagnedi Brothers (Tiziano, Armando, Paolo & Massimo) acquired another 30 hectares in 1989. This spurred the birth of Tenuta Sant’Antonio in 1995. Campo dei Gigli, the oldest vineyard is dedicated to the lily, the flower that symbolises Tenuta Sant’Antonio. A single vine grows in that vineyard, giving a unique wine.

Héritiers du domaine de 20 hectares de leur père dans la partie orientale de la zone de Valpolicella, les quatre frères Castagnedi (Tiziano, Armando, Paolo et Massimo) ont acquis 30 autres hectares en 1989, ce qui a donné naissance à Tenuta Sant’Antonio en 1995. Campo dei Gigli, le plus ancien vignoble est dédié au lis, la fleur qui symbolise Tenuta Sant’Antonio. Une seule vigne pousse dans ce vignoble, donnant un vin unique.

Brigaldara – Brigaldara winery is a small, but noteworthy winery in the Valpolicella region. The name Brigaldara hails from the 13th century, referring to a group of farmhouses, the villa, and the surrounding countryside. The Cesari family purchased the property in 1929. The Case Vecie is a more recent acquisition of the Cesari family.

Brigaldara est un petit mais remarquable établissement vinicole dans la région de Valpolicella. Le nom Brigaldara est originaire du 13e siècle, se référant à un groupe de fermes, villas et la campagne environnante. La famille Cesari a acheté la propriété en 1929. Case Vecie est une acquisition plus récente de la famille Cesari.

Tedeschi – The viticultural technique of the Tedeschi family is based on tradition combined with research and modern technology. In recent years, in fact, the company has focused on the zoning and the characterization of the entire park of owned vineyards, all in a hilly and raised position in Corvina and Corvinone, with the presence also of Rondinella and Oseleta. A fundamental research that marks a real record in Valpolicella.

La technique viticole de la famille Tedeschi est basée sur la tradition combinée avec la recherche et la technologie moderne. Ces dernières années, en effet, l’entreprise s’est concentrée sur le zonage et la caractérisation de l’ensemble des vignobles de Corvina et de Corvinone, avec la présence de Rondinella et Oseleta. Une recherche fondamentale qui marque un véritable record en Valpolicella.

Guerrieri Rizzardi – Guerrieri Rizzardi’s historic winery, was founded in 1913 by the union of two noble Veronese families: the Counts Guerrieri, owners in Bardolino, and the Conti Rizzardi, in Valpolicella from 1649. Amarone Calcarole, comes from grapes grown on espalier vineyards on the homonymous hillside and ideally exposed to the southwest. The wine is produced only in the best years with limited quantity and numbered bottles.

La cave historique de Guerrieri Rizzardi, a été fondée en 1913 par l’union de deux nobles familles véronaises: les Comtes Guerrieri, propriétaires à Bardolino, et les Conti Rizzardi, à Valpolicella à partir de 1649. Amarone Calcarole, provient de raisins cultivés sur des vignobles d’espalier du même nom et idéalement exposée au sud-ouest. Le vin est produit uniquement dans les meilleures années avec des quantités limitées et des bouteilles numérotées.

Speri – The very traditional spieri, the history of the company began in the first half of 1800 and today the Speri family has reached the seventh generation. the grapes from each vineyard are vinified separately, giving life to the cru, such as the famous Amarone Classico Vigneto Monte Sant’Urbano.

Très traditionnelle, l’histoire de l’entreprise a commencé dans la première moitié de 1800 et aujourd’hui la famille Speri a atteint la septième génération. Les raisins de chaque vignoble sont vinifiés séparément, donnant vie au cru, comme le célèbre Amarone Classico Vigneto Monte Sant’Urbano.

IMGP4882 (2)-min

Bodega Emiliana – Alive wines

Who would have thought that one of the world’s largest organic winery is from Chile? Bodega Emiliana has a rather unusual and pure approach to winemaking. Chile is quite a natural wine region as organic and biodynamic becomes more and more popular choices.It makes sense, Chile offers great locations and climates but most of all a freedom and endless possibilities.  However it wasn’t always the case.

Founded in 1986 by Chile’s Guilisasti family, Emiliana Vineyards is a privately owned initiative dedicated to producing wines made from organic grapes and, in the case of the super-premium Emiliana Gê and Coyam, made in accordance with biodynamic principals as well. Introduction of the debut 2003 vintage Gê marked the release of South America’s first ever certified conscientiously biodynamic wine. Emiliana’s three winemaking facilities are located in Los Robles and Palmeras in the Colchagua and in the Maipo Valley and collectively, Emiliana constitutes the single largest source of estate-grown organic wines in the world.

I had a fantastic tasting with Noelia Orts, Resident Winemaker of Los Robles Estate at Bodega Emiliana. In 2011, she joined Emiliana’s family and is in charge of Signos de Origen, Coyam, and Gê, along with the winemaker consultant, Álvaro Espinoza. Overall, what shined throught the whole event is mostly the enthusiasm of Noelia, but also the quality and liveliness of the wines. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Coyam is the emblematic wine that represents Emiliana’s philosophy in which organic and biodynamic agriculture is the way to obtain better balanced, healthier, and more terroir driven vineyards. Along with Gê, it’s their higher end red blend. Coyam means ‘oak forest’ in Mapudungún, the language of southern Chile’s indigenous people, the Mapuche. It also represents the majestic native forest that covers almost half of the estate. There’s 0.7ha of tree for each hectare of vines and they are not separated at all. Trees are coming down the hill in between the vines, sort of like passageways, letting the biodiversity, birds, flowers, and bugs, live all together in harmony. Of course, birds that eat bugs are preferred to those who eat grapes. It’s all constructed naturally but very well though so after all.

Qui aurait pensé que l’un des plus grands vignobles biologiques au monde serait au Chili? Bodega Emiliana a une approche plutôt inhabituelle et pure de la vinification. Le Chili est une région viticole assez naturelle car le bio et la biodynamique deviennent des choix de plus en plus populaires. Avec sens, le Chili offre d’excellents endroits et climats mais surtout une liberté et des possibilités infinies. Cependant, ce n’était pas toujours le cas.

Fondée en 1986 par la famille Guilisasti au Chili, Emiliana Vineyards est une initiative privée dédiée à la production de vins issus de raisins biologiques et, dans le cas des cuvée Gê et Coyam, fabriqués en conformité avec les principes de la biodynamie. L’Introduction du premier millésime en 2003, Gê a marqué la sortie du premier vin certifié biodynamique d’Amérique du Sud. Les trois installations de vinification d’Emiliana sont situées à Los Robles, à Palmeras dans la vallée de Colchagua et dans la vallée du Maipo. Emiliana constitue collectivement la plus grande source de vins biologiques cultivés sur une même propriété dans le monde.

J’ai eu une dégustation fantastique avec Noelia Orts, vigneronne résidente de Los Robles Estate. En 2011, elle a rejoint la famille d’Emiliana et est en charge de la ligne Signos de Origen, Coyam et Gê, avec le viticulteur, Álvaro Espinoza. Dans l’ensemble, ce qui a brillé à travers tout l’événement est surtout l’enthousiasme de Noelia, mais aussi la qualité et la vivacité des vins. ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Le Coyam est le vin emblématique qui représente la philosophie d’Emiliana dans laquelle l’agriculture biologique et biodynamique est le moyen d’obtenir des vignobles plus équilibrés, plus sains et plus axés sur le terroir. Avec Gê, c’est leur mélange rouge haut de gamme. Coyam signifie «forêt de chênes» en Mapudungún, la langue des indigènes du sud du Chili, les Mapuches. Il représente également la majestueuse forêt indigène qui couvre près de la moitié du domaine. Il y a 0.7ha d’arbre pour chaque hectare de vigne et ils ne sont pas séparés du tout. Les arbres descendent la colline entre les vignes, sorte de passage, laissant la biodiversité, les oiseaux, les fleurs et les insectes vivre ensemble en harmonie. Bien sûr, les oiseaux qui mangent des insectes sont préférés à ceux qui mangent des raisins. Tout est construit naturellement mais très bien réfléchi tout de même.

http://www.emiliana.cl/

http://www.lccvins.com/

IMGP4882 (2)-min

Chez Alexandre et Fils

I had a very lovely lunch at this restaurant. Did you know it was the first the serve draft beer back in 1982?

The owner Monsieur Alain welcomed us at our arrival and he was extremely friendly and helpful. In fact, all the staff was. There seemed to be a lot of regulars which is always a good sign. I guessed this happens when the owner is there for more than 40 years.

The décor: It’s a french brasserie and does look like any one in Paris. Even the chairs in the front section are the exact same rattan-like you’d find on a French terrace. Extremely traditional and kitsch, in a comfortable way. The attention to detail is put on what matters. Tablecloth are impeccable, glassware is top quality especially for champagne, silver cutlery. The owner told us there would be some renovation soon to freshen up the place.

Food: Simple but very pleasant. I started with a duck and foie gras terrine with lentils. It was tasty and soft. My friend had the fish quenelle. It was even more flavorsome. For the main course I took the duck confit. Obviously! (I’m in love with duck) it was very classic but well prepared. The salad missed vinaigrette but the potatoes were crispy and good. My friend took the fish of the day, a bar filet. It was simply put in the plate, without any side dish. Even by itself, it was the best dish of the whole meal. Tasty, fresh, and just lovely.

Wine: We were told Alexandre is the place to drink Champagne. And so we did. We had a piper-Heidseick by the glass and then a bottle of Charles Heidseick. They have an agreement with this champagne so they put it forward even if they have great other choices. It is an underrated champagne which a always enjoy a lot. The prices were very reasonable. They don’t have a sommelier on site but the wine card was built up by Jessica Harnois, herself.

Other little detail, they have Badoit for sparkling water instead of the usual Eska. I like it better, but that’s some personal choice.

Overall, I’d say it’s an old-fashioned place with a lot of history and stories. It has a lot to say and offer.

J’ai passé un très bon moment dans ce restaurant. Saviez-vous que ce fut les premiers à servir de la bière en fût en 1982?

Le propriétaire Monsieur Alain nous a accueillis à notre arrivée et il était extrêmement sympathique et serviable. En fait, tout le personnel l’était. Il semblait y avoir beaucoup d’habitués, ce qui est toujours un bon signe. J’ai deviné que cela arrive quand le propriétaire est là pour plus de 40 ans.

Le décor: C’est une brasserie française et ressemble à n’importe qu’elle brasserie typique de Paris. Même les chaises dans la section avant sont exactement le même en rotin que vous trouveriez sur une terrasse française. Extrêmement traditionnel et kitsch, d’une manière confortable. L’attention aux détails est mis sur ce qui compte. La nappe est impeccable, la verrerie est de qualité supérieure surtout pour le champagne, les couverts en argent. Le propriétaire nous a dit qu’il y aurait des travaux de rénovation bientôt pour rafraîchir l’endroit.

 

 

Nourriture:  simple mais très agréable. J’ai commencé avec une terrine de canard et foie gras aux lentilles. C’était savoureux et doux. Mon ami avait la quenelle de poisson. C’était encore plus savoureux. Pour le plat principal j’ai pris le confit de canard. Évidemment! (Je suis amoureuse du canard) c’était très classique mais bien préparé. La salade manquait de vinaigrette mais les pommes de terre étaient croustillantes et bonnes. Mon ami a pris le poisson du jour, un filet de bar. Il a simplement été mis dans l’assiette, sans aucun plat d’accompagnement. Même par lui-même, c’était le meilleur plat de tout le repas. Savoureux, frais et juste charmant.

Vin: On nous a dit qu’Alexandre était l’endroit où boire du Champagne. Et nous l’avons fait. Nous avons eu un piper-Heidseick au verre et une bouteille de Charles Heidseick. Ils ont un accord avec ce champagne donc ils le mettent en avant même s’ils ont d’autres choix. C’est un champagne sous-estimé qui a toujours beaucoup de plaisir. Les prix étaient très raisonnables. Ils n’ont pas de sommelier sur place mais la carte des vins a été construite par Jessica Harnois, elle-même.

Autre petit détail, ils ont la Badoit pour l’eau pétillante au lieu de l’habituelle Eska. Je préfère ça, mais c’est un choix personnel.

Dans l’ensemble, je dirais que c’est un endroit à l’ancienne avec beaucoup d’histoire et d’histoires. Il a beaucoup à dire et à offrir.

IMGP4882 (2)-min

Willm – Grand Cru Kirchberg de Barr

Alsace Willm Estate was founded in 1896 in the town of Barr, France (South of Strasbourg). Owner of the famous Clos Gaensbroennel, the walled vineyard within Grand Cru Kirchberg de Barr famed for producing one of the world’s best Gewurztraminer wines. It translates to “goose fountain” and refers to the ancient stone fountain just outside the Clos. Maison Willm has always been concerned with revealing the best of its terroirs and sharing its exceptional wines with the whole world. This drives towards international made it the first producer in Alsace to export to the United States after prohibition. Now we can enjoy a valuable export presence in North America.

While lots of wine lovers have been anxious for the quality and identity of the brand since it became part of the more industrial Wolfberger, there’s no need to sacrifice them so fast. I understand Wolfberger is a gigantic coop that owns almost 10% of the whole Alsace vineyards. However, Willm and other brands such as Arthur Weysbeck and the newly acquired Lucien Albrecht are still quite on their own. Six winegrowers are truly the craftsman of the labels. Jean-Luc and Jean-Marc Ostertag are producing for the Grand crus respectively in Rielsing and Gewurztraminer. Dominique Haasz’s vineyards are a significant part of the Willm final results. Michel Metz joined in 1985 with Gewurztraminer plots. Hervé Thomas and Hervé Kamm part of the new generation of Maison Willm winemakers. These guys are the identity of Willm, not Wolfberger.

The wines of kirchberg de Barr are known for its incredible freshness and powerful acidity. It may be profitable to give them 10 to 20 years of rest because of this strong power and structure. The potential is just outstanding. The Rieslings tends to evolve rather slowly and smoothly while the Pinots Gris has more smokiness and richness right from the start. Overall, the wines from this Grand cru has an impressive preciseness.

La maison Alsacienne Willm a été fondée en 1896 dans la ville de Barr, en France (sud de Strasbourg). Propriétaire du célèbre Clos Gaensbroennel, le vignoble clos au sein du Grand Cru Kirchberg de Barr célèbre pour la production de l’un des meilleurs Gewurztraminer. Il se traduit par “fontaine d’oie” et se réfère à l’ancienne fontaine de pierre juste à l’extérieur du Clos. La Maison Willm a toujours eu le souci de révéler le meilleur de ses terroirs et de partager ses vins d’exception avec le monde entier. Ce mouvement vers l’international en a fait le premier producteur alsacien à exporter aux États-Unis après la prohibition. Nous pouvons maintenant profiter d’une présence d’exportation précieuse en Amérique du Nord.

Alors que de nombreux amateurs de vin se sont montrés soucieux de la qualité et de l’identité de la marque depuis qu’elle fait partie du groupe plus industriel Wolfberger, il n’est pas nécessaire de la sacrifier si vite. Je comprends que Wolfberger est une coopérative gigantesque qui possède près de 10% du vignoble alsacien. Cependant, Willm et d’autres marques comme Arthur Weysbeck et Lucien Albrecht, nouvellement acquis, sont encore tout à fait indépendants. Six viticulteurs sont réellement les artisans des étiquettes. Jean-Luc et Jean-Marc Ostertag produisent pour les Grand Crus respectivement en Rielsing et en Gewurztraminer. Les vignobles de Dominique Haasz sont une partie significative des résultats finaux de Willm. Michel Metz rejoint en 1985 avec ses parcelles de Gewurztraminer. Finalement, Hervé Thomas et Hervé Kamm font partie de la nouvelle génération de vignerons de la Maison Willm. Ces hommes sont l’identité de Willm, pas Wolfberger.

Les vins de Kirchberg de Barr sont connus pour leur incroyable fraîcheur et leur acidité puissante. Il peut être utile de leur accorder 10 à 20 ans de repos à cause de cette puissance et de cette structure. Le potentiel est tout simplement exceptionnel. Le Riesling a tendance à évoluer plutôt lentement et en douceur tandis que le Pinots Gris a plus de fumé et de richesse dès le début. Globalement, les vins de ce Grand Cru présentent une précision impressionnante.